Alors on danse

Le label Mosaert de Stromae et Coralie Barbier s’associe avec la maison Repetto le temps d’une collection capsule réunissant le meilleur des deux univers.
par Perle Timmermans (st.). photos Benjamin Brolet & Antoine Melis. |

La Maison Repetto fait partie de ces belles maisons parisiennes qui nous font rêver. Son univers poudré, empreint de grâce et de couleurs tendres, est comme une madeleine de Proust.

La marque a toujours entretenu des liens particuliers avec de grands artistes tels que Brigitte Bardot ou Serge Gainsbourg. La première imposa la ballerine au Tout-Paris dès 1956 et le second ne paraissait sur scène ou chez lui que chaussé de la légendaire Zizi blanche. Depuis, d’autres chanteurs français comme Thomas Dutronc, Bénabar ou Mathieu Chedid ont, eux aussi, adopté le modèle iconique.

Mais hors ces ambassadeurs, la maison n’avait jusqu’alors signé quasiment aucune collaboration unique. Elle a pourtant fait exception avec le label Mosaert. Pour le lancement de leur quatrième collection, Stromae et Coralie Barbier s’offrent donc une signature de prestige pour deux paires de chaussures, fusion de l’univers Mosaert et de l’esprit Repetto.

Les deux paires de souliers façon ballerine-mocassin, dans une inspiration jungle et japonaise, ont été fabriquées à l’usine de Repetto de Saint-Medard-d’Excideuil. Une garantie d’excellence sublimée par le procédé de fabrication unique de la marque : le cousu retourné.

Au final, les motifs fleuris et de feuillages sur un fond kaki foncé, les couleurs et les flamants roses collent à l’univers Mosaert, fait de mixité, d’imprimés inattendus et de références ethniques. Mais ici, comme un hommage au ballet et à la quintessence de la danse, on retrouve, en clin d’œil, une gamme de couleurs influencées par le peintre Edgar Degas.

Disponible en série limitée à partir du 31/03 sur www.store.mosaert.com, www.repetto.fr ou dans les boutiques Hunting & Collecting et Repetto de Bruxelles à partir de 345 €.