Audi veut rester au top

Tout nouveau mais fidèle à la maxime «on ne change pas une équipe qui gagne», le nouveau Q5 est une évolution en pente douce de la précédente mouture.

On ne s'attardera pas sur le design du nouveau Q5 qui, hormis quelques angles plus marqués, reste peu ou prou identique au précédent. D'une génération à l'autre, le SUV n'a que très légèrement revu ses proportions, avec une longueur totale en hausse de 34 millimètres, dont 12 gagnés sur l'empattement.

Une progression timide profitable aux passagers arrière qui disposent également d'une banquette coulissante au dossier inclinable.
L'espace à bord ne mérite toutefois mieux qu'une mention «bien». Par sa contenance de 550 à 610 litres (+10), le coffre se montre généreux, mais dans l'habitacle les espaces de rangement ne sont ni nombreux ni pratiques.

Intelligent

Le nouveau tableau de bord se distingue par son écran HD de 12,3 pouces personnalisable, qui remplace les traditionnels compteurs, permettant notamment d'afficher la navigation via Google Maps en écran large. Ce dernier peut être couplé à l'afficheur tête-haute - autre nouveauté – regroupant toutes les infos nécessaires à la conduite dans le champ de vision du conducteur. Et si malgré cela ce dernier venait à quitter la route des yeux, les nombreux systèmes de surveillance (anticollision, changement de voie, gestion des embouteillages...) veillent au grain.

Le SUV peut également aider le conducteur à adopter une conduite aussi économique que possible en anticipant la route pour le conseiller sur les phases d'accélération et de décélération optimales en tenant compte des lieux de ralentissements habituels, de la topographie, etc. De même, le système peut «apprendre» de lui-même les parcours les plus souvent empruntés pour suggérer un itinéraire alternatif si nécessaire en fonction du lieu et du moment de la journée.

Vrai tout-chemin

Notre essai s'étant déroulé en convoi à une allure de sénateur (normal aux Etats-Unis !), difficile de vous parler du comportement dynamique de ce Q5, bien que l'allègement de 90 kilos soit de bon augure. En revanche, Audi a insisté sur les capacités off-road de son SUV, désormais proposé en deux transmissions Quattro. La première est la solution à quatre roues motrices permanentes déjà connue, la seconde, baptisée Quattro Ultra (indisponible sur le 3.0 TDI 286ch) n'active la motricité arrière que lorsque cela s'avère nécessaire, en 10 millisecondes. De quoi économiser de précieux décilitres de carburant puisque la motorisation 2.0 TDI 163ch parvient à contenir sa consommation moyenne à 4,9l/100km. Et sur les pistes traversées, l'efficacité s'est montrée excellente en toutes conditions.

Sur la route, on apprécie particulièrement le confort prodigué par la nouvelle suspension pneumatique, dont la hauteur varie suivant la vitesse et le mode de conduite retenu, désormais au nombre de 7 avec l'ajout du mode Off-road. Le Q5 arrivera dans nos concessions en janvier au tarif de 47.950€ TVAC.

Les plus

• Finition toujours au top
• Confort (suspensions pneumatiques)
• Comportement routier serein
• Capacités off-road améliorées

Les moins

• Rangements rares et peu pratiques
• Habitabilité moyenne
• Tarifs élitistes

L'Audi Q5 2.0 TDI 163 en quelques chiffres

• Moteur : quatre cylindres, diesel, 1.968cc; 163ch de 3.000 à 4.200tr/min; 400Nm de 1.750 à 3.000tr/min
• Transmission : aux quatre roues
• Boîte : automatique 7 rapports
• L/l/h (mm) : 4.447/1.906/1.624
• Poids à vide (kg) : 1.845
• Volume du coffre (l) : 550 à 1.550
• Réservoir (l) : 65
• Vitesse maxi : 211 km/h
• 0 à 100 km/h (sec.) : 8,9
• Conso normalisée : 4,9l/100km
• CO2 : 129 g/km
• Prix : 47.950€ TVAC