Avoir faim diminuerait la perception de la douleur

Cette nouvelle étude américaine basée sur l'imagerie cérébrale établit un lien entre la faim et la perception de la douleur chez des souris. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell.

Par AFP. Photo : © South_agency - Getty Images. |

Des neuroscientifiques de l'Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis spécialisés dans l'étude des mécanismes de la faim, ont mis en évidence un lien entre la sensation de faim et la réduction de la douleur chronique d'origine inflammatoire.

Ils ont observé chez des souris qui n'avaient pas mangé pendant 24 heures une sensibilité inférieure à la douleur comparativement à celle ressentie par des souris bien nourries. De manière surprenante, l'étude montre que la réponse aiguë à la douleur, essentielle pour la survie, reste intacte mais que la douleur inflammatoire est supprimée de manière significative.

Les chercheurs ont même observé chez ces rongeurs "affamés" un comportement similaire à celui de souris qui avaient reçu un traitement anti-inflammatoire. "Si vous êtes un animal, cela n'a pas d'importance si vous avez une blessure, vous devez pouvoir la surmonter pour rechercher des substances nutritives pour survivre", explique J. Nicholas Betley, professeur adjoint de biologie à l'Université de Pennsylvanie.

Les travaux ont réussi à isoler dans le cerveau 300 cellules capables de donner la priorité à la faim sur la douleur chronique : "Nous pouvons trouver les neurones qui vous rendent affamés, manipuler ces neurones et contrôler leur activité", avance le chercheur. Ainsi, ce groupe de neurones pourraient devenir de nouvelles cibles dans le traitement de la douleur, suggère l'étude.

Pour consulter l'étude : cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(18)30234-4?