Cinq carnavals à ne pas manquer en Belgique

Les carnavals de notre royaume comptent parmi les plus beaux d’Europe. Entre Gilles, Arlequins ou encore Blancs-Moussis… Voici ceux à ne manquer sous aucun prétexte.

Par Tiffany Sales. Photos : Reporters, Pinterest. |

Binche

En plus de faire partie des plus vieux carnavals de Belgique, cet évènement unique et festif a été reconnu Patrimoine Oral et Immatériel de l’Humanité par l’UNESCO en 2003. Ici, les Gilles arborant leurs costumes rouges, jaunes et noirs, leurs chapeaux à plumes d’autruche, leurs sabots de bois et leurs masques de cire, sont au premier plan. A leurs côtés, des Paysans, des Arlequins mais aussi des Pierrots entraînés par les airs traditionnels joués à la viole et au tambour, défilent.

Le point d’orgue du carnaval ? La danse des Gilles sur la Grand Place, sous les feux d’artifices.

Du 11 au 13 février. www.carnavaldebinche.be

Alost

Egalement inscrit en 2010 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, ce carnaval qui se déroule chaque année pendant trois jours est l’aboutissement d‘une année de préparation par les habitants de la ville. Les festivités sont marquées par des traditions alostoises comme la danse des balais ou encore le jet d’oignons (symbole de la ville) depuis le beffroi, en réalité des milliers de bonbons en forme d’oignon. Ensuite, le mardi gras, viennent les Jeannettes, hommes travestis en femmes grotesques qui houspillent les passants.

Du 11 au 13 février. www.aalstcarnaval.be

Malmedy

Plus connu sous le nom de Cwarmê de Malmedy, ce carnaval célèbre sa 560e édition. Entre le « sôté » (le nain), la « Djoupsène » (l’Égyptienne), le « véheû » (le putois), « Grosse-Police » (qui ouvre le carnaval), le « sâvadje » (le sauvage), la « haguette », qui est brûlée sur le grand bûcher au terme de la fête, ce carnaval est sans aucun doute l’un des plus riches en personnages traditionnels de toute la Wallonie. On y apprécie également les parties dansantes organisées dans tous les cafés de la ville.

Du 10 au 13 février. www.malmedy.be

Stavelot

Animé par des centaines de Blancs-Moussis, le Laetare de Stavelot dure trois jours. Vêtus de blanc, affublés d’un long nez rouge et entourés par leurs géants et les chars souffleurs de confettis, les Blancs-Moussis bombardent la foule de confettis et flagellent le public avec leurs vessies de porc. A l’origine de ces derniers ? Un édit du prince-abbé G. de Manderscheidt qui, en 1499, avait interdit à ses moines de participer au carnaval. Les Stavelotains tournèrent en dérision cette interdiction en participant aux festivités du carnaval, déguisés en moines blancs.

Du 10 au 12 mars. www.laetare-stavelot.be

Eupen

Baptisé « Rosenmontag », traduit « Lundi des Roses » en français, ce carnaval doit son nom au carnaval de Cologne et aux coutumes du pape, qui consacra le lundi avec une rose avant la période de Carême. Profondément ancré dans la tradition rhénane (son origine remonte au moins au 17e siècle), ce carnaval fait la part belle aux chars multicolores, fanfares et harmonies. Le clou du cortège ? Le char du Prince Carnaval et de sa garde accompagné de ses deux Pages.

Le 12 février. www.eupen.be