Comment Lady Diana a bousculé les codes vestimentaires de la famille royale

20 ans après sa mort tragique, Lady Di continue à inspirer les stylistes. Il faut dire que la princesse du peuple avait su dépoussiérer le vestiaire royal pour se hisser au rang d’icône de la mode. Retour sur cette fashionista qui a chamboulé les traditions.

Par Tiffany Sales. Photos : Belga, Pinterest. |

Vous ne le saviez peut-être pas mais toutes les tenues que porte la famille royale sont toujours en lien avec un protocole vestimentaire strict. Des uniformes de William et Harry lors des grandes occasions telle que le Trooping of the Color, aux gants portés par la Reine lors des sorties prestigieuses, en passant par les chapeaux lors des visites et engagements officiels. Un dress code qui s'applique également pour certaines couleurs. Le chapeau blanc est par exemple de mise uniquement pour les évènements royaux comme les banquets d’États ou les réceptions à Buckingham Palace. Tandis que la tenue entièrement noire est exclusivement réservée aux jours pour se souvenir et aux événements commémoratifs. 

Pourtant, Shy Di, comme surnommée à l’époque, n’a pas hésité à se jouer de ce protocole. Déterminée à assumer pleinement sa féminité, celle qui fut l’une des femmes les plus photographiées au monde, a en effet su chambouler la garde-robe royale avec un style moins formel, plus moderne. Retour sur ces détails de style qui ont rendu la princesse du peuple si unique.

Jamais de gants

A diverses occasions, la Reine et la princesse portent des gants, de couleur blanche ou noire, selon les tenues. Elles les portent avant tout pour des raisons pratiques puisque ces dernières sont amenées à serrer beaucoup de mains lors de certains évènements. Un accessoire que Lady Di avait décidé de laisser au placard lors de ses apparitions publiques pour une raison toute simple : « Elle a abandonné le protocole royal de porter des gants parce qu'elle aimait tenir les mains quand elle visitait des personnes, ou serrer des mains et avoir un contact direct », explique Eleri Lynn, commissaire de l'exposition "Diana: sa vie à travers la mode", présentée au palais de Kensington jusqu’au 28 février 2018. 

Diana en visite au Lord Cage Center Lord Cage Center, à Londres, Angleterre (1990)

Sur de nombreuses images datant de 1991, on peut apercevoir la princesse des cœurs serrer la main de patients atteints du sida. Des clichés qui ont marqué les esprits à une époque où on pensait encore que cette maladie pouvait se transmettre par le toucher.

La princesse en visite à Casey House, un centre de référence SIDA, à Toronto, Canada (1991)

Exit les chapeaux

Dans la même optique, Lady Di refusait catégoriquement de porter des chapeaux lors de ses visites à l’hôpital. « Vous ne pouvez pas câliner un enfant avec un chapeau », avait expliqué la maman des princes William et Harry, comme le rapporte également aujourd’hui Eleri Lynn.

« Elle avait appris très rapidement à utiliser la mode comme un instrument » et s'en servait pour « envoyer des messages ou promouvoir des causes », raconte à l'AFP Libby Thompson, une autre commissaire de l'exposition.

Diana en visite dans un centre de réhabilitation à Huambo, Angola (1997)

Des vêtements colorés et excentriques

Toujours soucieuse de véhiculer « accessibilité et chaleur », la princesse choisissait soigneusement ses tenues afin de les adapter à chaque situation. Même si cela signifiait l’entrave des codes vestimentaires du protocole. 

Si Kate privilégie souvent les tenues discrètes aux tonalités sombres et intemporelles, Lady Di revêtait des vêtements colorés voire totalement excentriques comme en témoigne cette tenue androgyne.

La princesse lors de sa visite officielle au Portugal (1987)

Lorsqu’elle rendait visite à des malades hospitalisés, elle prenait également le soin de sélectionner des robes fleuries ou colorées. « Elle portait des vêtements joyeux qui transmettaient de la chaleur et souvent des bijoux fantaisie pour que les enfants puissent jouer avec ceux-ci », indique Eleri Lynn. 

Lady Di en visite dans un foyer pour enfants abandonnés, dont la plupart étaient séropositifs ou souffraient de sida, Brésil (1991) 

Des tenues colorées que la famille royale réserve souvent aux visites de certains pays ou nations. La Reine portait par exemple une tenue couleur jade lors de son voyage en Irlande en clin d’œil à la couleur emblématique du pays. Chose que Lady Di faisait également mais avec un brin d’excentricité en plus, comme toujours. La preuve en image avec cette robe à gros pois rouges lors de sa visite au Japon en 1986.

Des robes courtes, des épaules dénudées

Vous l’aurez peut-être remarqué mais Kate est une grande adepte de la jupe crayon ou midi ainsi que des longues robes de soirée descendant jusqu’aux chevilles pour les réceptions. Pour la simple et bonne raison que la jupe courte est interdite par souci de praticité mais aussi d’élégance. 

Autant de « tenues correctes exigées » que la princesse Diana a définitivement laissées au placard suite à sa séparation avec le prince Charles en 1992. Après son divorce la princesse abandonne en effet définitivement les couturiers britanniques pour des maisons internationales telles que Dior ou Chanel. Elle devient alors encore plus audacieuse et porte plus volontiers des robes courtes et sexy. En témoigne cette robe bleu ciel de Jacques Azagury, au-dessus du genou et proche du corps, qu'elle arborait au Royal Albert Hall en 1997. Ou encore cette robe noire, dévoilant ses épaules, son décolleté et ses jambes à peine voilées de collants noirs, portée lors d’une soirée de gala organisée à la Serpentine dans les jardins de Kensington Palace. 

Aujourd'hui encore, son look continue à inspirer des milliers de personnes sur les réseaux sociaux. D'ailleurs, si l'envie vous dit, jetez un coup d'oeil au compte Instagram intitulé "Princesse Diana pour toujours". Suivi par près de 177.000 personnes, il publie quotidiennement des tenues de la princesse, audacieuses et affranchies des codes. Des clichés qui vous donneront, qui sait, l'envie d'oser.