iCook, le resto du "Top Chef" Jean-Philippe Watteyne

Le Top Chef et Les Ambassadeurs ont fait de Jean-Philippe Watteyne un Bekende Wallon. Mais le Montois, c’est surtout un chef en cuisine, depuis dix ans aux commandes de ICook.

Texte et photos Carlo de Pascale et Florence Hainaut. |

Connu ou pas, au final, il s’agit, pour Jean-Phi, comme pour les autres, de faire à manger pour des mangeurs qui paient et qu’il faut faire revenir, comme nous ce samedi soir de mai. Table de quatre dans la cuisine, petite cuisine, petite table. On est bien, même si il fait chaud... comme dans une cuisine. Ce qui frappe, c’est d’abord le calme. Et pourtant, ce soir, Jean-Phi envoie en équipe serrée, son second et un apprenti prénommé Océan, qui assure, comme porté par une bienveillance rare dans le métier.

À côté, maman Watteyne fait la plonge. Jean-Phi court, cuit, dresse, jamais ne s’énerve, dans un duo permanent avec le chef de salle souriant. On annonce, on prépare, on sonne, on enlève. Ce soir, pour 30 couverts, plus de 200 assiettes vont sortir dans une sorte de force joyeuse. Nous, on se lâche, champagne brut zéro (Murmure, tarifé 40 €) menu 7 services (à 85 €) et Saumur Champigny dents de pierre (51 €) pour le vin rouge.

Dans l'assiette

Ça commence doucement avec d’honnêtes mises en bouche – dont un excellent sashimi de dorade – et ça enchaîne, crescendo. Fromage de chèvre fermier et “terreau d’olives”, asperges à la délicieuse grosse semoule “m’hamsa”, brandade de daurade et coques, les envois se succèdent . Du classique, oui, mais avec la bonne dose de surprise, pour culminer avec un plat d’agneau bien gourmand : filet à gauche, boulettes un peu kefta à droite, des goûts bien nets d’ail, de persil.

Ensuite, pré-dessert en sorte de spritz à la guimauve, bien amer, histoire de laver les papilles avant un dessert débordant de tout: une ganache au dulce de leche avec espuma de riz au lait, tout ce sucre bien balancé par un “pairing” osé avec de la Duvel ! Certes, certains chefs sont plus ciselés au niveau du microdétail. Certes, on pourrait s’attendre à plus de créativité. Mais on mange ici du puissant, avec ce qu’il faut de touches de saveurs tranchées. Florence gazouillera toute la soirée. Privilège du dîner en cuisine: nous signerons le mur au marqueur, non sans y consigner des vannes douteuses dont nous avons encore honte.

L'addition

275 €, en ce compris une bouteille de Champagne. On l’a dit, on s’est lâchés, c’est pas tous les jours, mais l’ambiance y était. Le menu est à 85 € et il les vaut. On y retourne ? Oui, même pour un menu plus restreint ou un déjeuner, car il y a ici une âme, celle d’un homme bon et juste qui nourrit et sert avec droiture ses clients. 

ICook, 31 avenue Reine Astrid, 7000 Mons. 065 33 40 33.  www.restaurant-icook.be. Ouvert du mardi au samedi.