Il photographie ces villes où personne ne vit

Entre villages entièrement camouflés et reproductions de cités historiques, le photographe autrichien Gregor Sailer, lève le voile sur ces villes qui nous semblent réelles, mais qui sont en réalité totalement factices. Zoom en images...

Par Tiffany Sales. Photos : Gregor Sailer. |

Entre reproductions de villes à des fins touristiques, villages entièrement camouflés ou encore cités nouvelles stratégiquement planifiées pour la guerre urbaine, la série de photographies du photographe autrichien, Gregor Sailer, nous emmène dans le monde absurde des « villes factices ».

« L’objectif de ce projet est de révéler au monde, les villes factices, les copies et les toiles de fond. Ceux qui regarderont mes photos auront l’occasion de se questionner sur ces développements absurdes de notre société contemporaine ». Dans sa série de clichés, baptisée « The Potemkin Village », en référence aux bourgs en trompe-l’œil que le ministre Grigori Potemkine aurait fait construire en Crimée, avant la visite de la région par la tsarine Catherine II, le photographe immortalise par exemple, un village entièrement dessiné et construit entre 2008 et 2012 pour une centaine de million d’euros, où personne n’habitera jamais.

Jeoffrécourt dans le camp de Sissonne, exclusivement construit pour entraîner les militaires français.

Mais aussi des bâtiments à deux dimensions destinés à tester les voitures en Suède ou encore des répliques de villes européennes en Chine, reflétant la fragilité de son identité nationale.

Carson City près de Göteborg en Suède.

Thames Town en Chine, la ville à l'architecture anglaise, mais quasiment inhabitée.

« Le côté captivant du projet réside dans ce cheminement acrobatique entre illusion et irréalité. Ce mélange de perception crée une atmosphère surréaliste », ajoute-t-il.

Parmi les lieux photographiés, on retrouve également beaucoup d’endroits à usage militaire, comme ce camp à Sissonne, dans l'Aisne exclusivement consacré à l’entraînement des soldats et à la guérilla urbaine. Car depuis quelques années, « les guerres ne se déroulent plus dans des champs de bataille mais en plein milieu des villes et des lotissements », explique la journaliste d’Arte.

Le village de Beauséjour dans le Camp de Sissonne. 

« La plupart des gens n’auront jamais le droit de visiter un endroit comme celui-ci. L’idée est donc de faire sortir ces images, de les montrer aux spectateurs », déclare le photographe.

Des mondes étranges et secrets, qui valent le coup d’œil.

Eglise en Chine, à la ressemblance frappante avec une église de Bristol.

Station de train à Schnggersburg, en Allemagne, qui ne mène strictement nulle part...

Bâtiment abandonné recouvert d'une fausse toile à Oufa en Russie afin d'enjoliver les rues lors du sommet politique des BRICS qui s'est tenu dans le pays en 2015.

Fausse ville à l'architecture clairement inspirée du Moyen-Orient, construite dans le désert de Mojave, en Californie, et utilisée pour l'entraînement de l'armée.

Maison délabrée camouflée dans la ville de Souzdal en Russie, en prévision d'une visite de Vladimir Poutine en 2013.

Plus de photos : www.gregorsailer.com