Jeter pour changer de vie

Avec La Magie du rangement, son best-seller traduit en 35 langues, Marie Kondo assure que désencombrer son chez-soi permet d’alléger drastiquement son esprit. Une promesse séduisante qui contribue à populariser, chez nous, le métier de “home organizer”.

PAR JUSTINE ROSSIUS. PHOTOS DR. |

Consultante en rangement , la Japonaise Marie Kondo, poupée nippone tout juste trentenaire, a de quoi attiser la curiosité. Surtout de celles et ceux qui se noient quotidiennement dans un intérieur désordonné, perdus entre des montagnes de chaussettes dépareillées et des placards qui ne ferment plus. Dans sa bible, la prêtresse de l’ordre - qui a étudié la sociologie à l’Université de Tokyo - soutient que ranger contribue au bonheur et conduit, dans tous les cas, à retrouver une certaine clarté d’esprit, assurant qu’une réorganisation spectaculaire de son intérieur engendre des changements spectaculaires de modes de vie .

Certains de ses fidèles auraient mis un terme à une relation toxique après avoir assimilé ses préceptes, tandis que d’autres ont observé une perte de poids après avoir fait le tri, comme si la désintoxication de leur foyer s’était poursuivie dans leur estomac. Rien de rocambolesque, quand on sait qu’une étude menée au Royaume-Uni en 2008 avait déjà démontré que vingt minutes de ménage hebdomadaires étaient aussi bénéfiques pour la santé mentale et physique que vingt minutes de course à pied.

PAS DE PLACE AUX ÉMOTIONS

Plus que le rangement, c’est le désencombrement qui ferait le plus grand bien, puisque la papesse de l’ordre le rappelle : Les gens possèdent en moyenne trois fois plus que ce qu’ils pensent avoir. Chaque jour, des objets inutiles rejoignent nos placards plutôt que de poursuivre leur route vers la benne à ordures. Inadmissible pour cette gourou de l’ordre, qui conseille de caresser les objets pour en évaluer notre attachement. Vous ne ressentez pas “ l’étincelle de joie ” ? Dites-leur adieu, sans pitié. Un geste routinier pour la consultante d’apparence gracile dont le passage s’apparente à celui d’un tsunami. J’ai vu des particuliers jeter 200 sacs-poubelle de 45 litres en une seule fois , se rappelle-t-elle. Et si sa méthode, baptisée KonMarie, fonctionne, c’est justement parce qu’elle est radicale et qu’elle ne laisse que peu de place aux sentiments.

Celle qui lisait déjà des magazines pour ménagères à l’âge de 5 ans invite ses followers à se débarrasser de tout ce qui superflu, paperasse et objets à haute valeur sentimentale compris. Elle ne témoigne d’aucune compassion, pas même pour une lettre enflammée datant du lycée, d’une première médaille d’athlétisme ou d’un collier de nouilles reçu pour la Fête des Mères. Les souvenirs réellement précieux ne s’évanouissent pas, même si vous jetez les objets en question, argumente-t-elle. Aussi merveilleux qu’ils puissent avoir été, nous ne pouvons vivre dans le passé. Des sacrifices parfois difficiles à intégrer, surtout pour les hoaders, “ ceux qui gardent tout ”.

UNE MÉTHODE OCCIDENTALE ADAPTÉE

Pour mettre en pratique la méthode KonMarie, il faudrait laisser de côté sa rationalité, la bible du rangement comprenant une dimension mystique évidente : quand elle passe la porte d’une maison, Marie Kondo la salue d’abord et remercie ensuite ses souliers après les avoir ôtés dans le hall d’entrée. Ces pratiques presque religieuses pouvant refroidir les plus terre-à-terre, la technique miracle s’est dotée d’une version occidentale plus pragmatique, imaginée par les “ home organizers ”, profession qui fleurit un peu partout en Belgique.

Pour une cinquantaine d’euros de l’heure, ils se déplacent à domicile pour aider les particuliers à mettre en pratique les bons conseils de la papesse. On prend les objets un à un, je pose une série de questions et on décide de ce qu’on en fait, explique Fabienne Goubille, home organizer chez Alors on range. Contrairement à Marie Kondo, j’insiste sur la possibilité de donner les objets, plutôt que de les “ bazarder ”. Savoir qu’ils vont connaître une seconde vie peut aider au détachement.

MAMANS OVERBOOKÉES OU GRANDS-PARENTS PRÉVENANTS

La clientèle de ces nouvelles fées du logis est variée. Je rencontre des pères célibataires, des mères de famille overbookées, des Belges dont les enfants ont quitté le nid et qui se retrouvent dans des maisons pleines à craquer, détaille Fabienne Goubille. Ou d’autres en fin de vie qui ne veulent pas laisser toute la tâche de désencombrement à leurs enfants. Des profils divers qui témoignent tous d’une même envie : revenir à l’essentiel. Les publicités créent envie sur envie et de nombreuses choses sont devenues plus accessibles qu’auparavant, poursuit la chef d’entreprise.

Nous consommons toujours plus sans faire l’effort de trier et stockons sans nous poser de questions. Mais, dans la vague du film Demain de Mélanie Laurent et Cyril Dion, les gens ont de plus en plus envie de zapper le superflu. ” Car si l’accumulation peut rassurer, elle peut s’avérer oppressante sur le long terme. Je ne me sentais plus bien chez moi, et, avec une fille en bas âge, je retrouvais des jouets aux quatre coins de la maison, confirme Françoise Darimont, Visétoise de 44 ans. Après quatre rendez-vous avec une home organizer, je me suis réapproprié mon intérieur, je prends à nouveau du plaisir à rentrer chez moi. C’est une vraie délivrance, comme si un poids s’était envolé. Le rangement n’est définitivement plus l’apanage des maniaques, mais bien la nouvelle lubie des fétichistes du bien-être.

Quant aux plus réfractaires, ils se consoleront en s’appuyant sur les arguments des opposants de la méthode comme Eric Abrahamson, Docteur en philosophie à l’Université de Columbia et auteur de A perfect Mess !, qui déplore que le chaos ait si mauvaise presse, alors qu’en encourageant les associations d’idées, il favorise l’innovation, la capacité d’improvisation et la créativité. L’argument idéal pour choisir votre camp sans culpabiliser.

LES 5 COMMANDEMENTS DE MARIE KONDO RANGEZ UNE BONNE FOIS POUR TOUTES

Plutôt que de s’atteler au rangement petit à petit, Marie Kondo conseille de s’y adonner une fois pour toutes, à fond et avec échéance, ce qui ne signifie pas que le grand nettoyage se réalise en quelques heures, l’essentiel résidant dans la fixation d’une date butoir.

RASSEMBLEZ VOS OBJETS PAR CATÉGORIES

Une des erreurs fréquentes consiste à ranger pièce par pièce. Procédez plutôt par catégorie, en rangeant les livres, puis les vêtements, puis les komonos (petite monnaie, câbles électriques, gadgets…) et enfin - le plus difficile pour la fin - les objets ayant une valeur sentimentale. Pour les trier efficacement, réunissez-les au même endroit pour vous rendre compte du volume qu’ils occupent.

RESSENTEZ L’ÉTINCELLE DE JOIE

Marie Kondo préconise de prendre chaque objet dans vos mains et de ne garder que ceux qui provoquent en vous une irrésistible “ étincelle de joie ”. Caresser votre vieux perfecto peut vous paraître saugrenu, mais c’est là que réside le cœur de la méthode. Fabienne Goubille, home organizer, suggère une méthode plus cartésienne consistant à se poser trois questions : est-ce que j’en ai besoin ? Est-ce que je l’utilise ? Est-ce que je l’aime ? Si l’une des réponses est positive, conservez l’objet.

APPRENEZ À PLIER VOS VÊTEMENTS

Tout un art pour la fée du logis qui affirme que plier ses vêtements, ce n’est pas les rendre compacts, mais leur communiquer notre affection envers leur soutien indéfectible.

ÉLISEZ UN ENDROIT POUR CHAQUE OBJET

En trouvant un endroit approprié à chaque objet, conserver un intérieur ordonné devient une seconde nature et permet d’éviter l’effet rebond qui consiste à voir le désordre revenir de plus belle après rangement. Ne choisissez pas les endroits par habitude, ajoute Fabienne Goubille. Ayez une réelle réflexion sur le côté pratique de chaque place.