La bière, les femmes savent pourquoi !

Comme le vin, la bière offre une variété infinie de saveurs et de terroirs. Sans compter les efforts marketing développés par les brasseurs pour séduire ces dames. La bière se féminise, qu’on se le dise !

PAR IVL ET FF. PHOTOS D.R. |

C’est sûr, on vous dira qu’une simple pils, c’est un peu amer et pas très élégant à déguster. Si certaines en sont fans, la plupart des femmes sont à la recherche de davantage de subtilité et apprécieront un petit goût sucré. Mais l’univers de la bière est d’une telle richesse, que bien des alternatives sont possibles si on veut changer du rosé pamplemousse à l’apéro...

C’est en tout cas l’idée défendue depuis 2014 par Muriel Lombaerts et son association La Bière des Femmes : un concept qui tente de redonner ses lettres de noblesses à ce savoir- faire national, afin de voir les bières fièrement trôner sur les tables des restaurants, comme de grands crus, et éduquer le palais des gens pour qu’ils puissent saisir les subtilités du travail des brasseurs. Pour y arriver, elle part à la rencontre des centaines de grandes et petites brasseries de notre pays afin d’en découvrir les perles et particularités pour les présenter ensuite aux grands noms de notre gastronomie.

Mais aussi, sous l’impulsion de Muriel et de passionnées comme la journaliste Marjorie Elich, La Bière des Femmes, c’est aussi une série de rencontres ouvertes à toutes. Ainsi, un jury d’amateurs exclusivement féminin se réunit tous les deux mois autour d’une dégustation de bières. Nul besoin d’être spécialiste, on peut s’inscrire simplement via la page Facebook. Chaque testing est organisé autour d’une thématique (bières blondes, bières fruitées, etc.) et ce petit groupe de femmes, aimant la bière ou désirant mieux la connaître, élisent, après dégustation, leur coup de cœur qui est alors labellisé “Bière des Femmes”.

Relooking obligé

En marge de ces initiatives, on note également que de plus en plus de brasseries font appel à des professionnels du marketing et du packaging pour rendre l’image de la chope plus sexy et moins “rouge et noir”. Les étiquettes se colorent, s’épurent, se modernisent, se teintent de rose. Les logos se font sobres, les noms prennent l’accent anglais, s’éloignant de l’image parfois un peu vieillotte du terroir et de la paysannerie que d’autres marques entretiennent, souvent volontairement.

La dégustation, également, prend un tour plus élégant : verres revisités, cocktails à base de bière, baby-bottles... Tout est mis en place pour sortir la bière de son image trop masculine. Et ça marche : 72 % des femmes avouent aujourd’hui apprécier une bière de temps en temps. Et pour 28 % d’entre elles, il s’agit même d’au moins une bière par semaine, (c’est ce que révélait en 2015 une enquête menée en Belgique pour le compte du brasseur AB InBev).

Ceci explique que les grandes (et les petites) brasseries ne jouent plus à fond la carte du mâle pour promotionner leurs produits. La cible s’urbanise, se rajeunit considérablement et se pique d’être toujours plus branchée. On est bien loin de l’image que les orgies estudiantines ou les litrons servis à l’Oberbayern véhiculent.

www.labièredesfemmes.com

Vous voulez vous mettre à la bière? On a sélectionné les bières qui plairont également aux femmes dans votre So Soir ce samedi en librairie, ou en version numérique sur  http://journal.lesoir.be. On vous emmenèra également à la découverte des canaux de Sète, 48h dans la Venise du Languedoc, vous découvrirez le portrait de Peter Lindbergh, le photographe des stars, et bien d'autres choses encore. 

Lire aussi :

8 choses à savoir sur la relation moussante entre les Belges et la bière
Des champignons à base de bière : une affaire qui marche
Boire un verre de vin par jour, c'est déjà trop pour votre santé