La méthode ABCDE pour repérer un grain de beauté à risque

Détestés ou au contraire, considérés comme des atouts de charme, les grains de beauté sont à surveiller car ces derniers peuvent être confondus avec un mélanome cutané, 6e cause de cancer chez la femme et 8e chez l’homme. Mais comment ? On vous explique.

Par Tiffany Sales. Photo : Pinterest. |

Les grains de beauté, également appelés "nævus" se développent dès la tendre enfance, avec un pic à l'adolescence et ce, jusqu'à l'âge de 30 ans environ. Chez un adulte, on en compte en moyenne une vingtaine parsemés ici et là sur le corps. Mais leur nombre varie selon l'hérédité et l'exposition au soleil. 

Si la plupart des ces derniers sont anodins, certains peuvent dégénérer sous l'influence de l'exposition aux UV, avec le risque de développer un mélanome, le cancer de la peau le plus agressif car il se généralise vite. Mais comment détecter un mélanome sur un grain de beauté ? Voici une règle mnémotechnique appelée "ABCDE" pour s’auto-examiner.

A comme asymétrie : le grain de beauté a une forme ni ronde ni ovale et les couleurs ou les reliefs ne sont pas répartis de façon régulière.

B comme bords irréguliers : les bordures sont dentelées, mal délimitées et parfois, les pigments s'étendent sur la peau autour de la tâche.

C comme couleur non homogène : le grain de beauté a plusieurs couleurs, noir, rouge, bleu, marron ou blanc.

D comme diamètre : s'il est supérieur à 6 millimètres ou s'il augmente rapidement.

E comme évolution : s'il change d’aspect (taille, forme, couleur ou épaisseur trop rapidement).

Si vous constatez l’un de ces signes, prenez rendez-vous chez un spécialiste afin qu’il examine votre grain de beauté, fasse un prélèvement voire enlève le grain de beauté pour éviter qu'il ne dégénère. 

Il est important de surveiller régulièrement vos grains de beauté pour dépister un éventuel mélanome surtout pour les personnes à risques telles que celles présentant de nombreux grains de beauté (plus de 50), ayant un teint clair voire pâle, des antécédents familiaux de cancer de la peau ou ayant eu de nombreux coups de soleil pendant l’enfance. Plus il est détecté précocement, mieux il sera pris en charge, et plus vous aurez de chances de guérir.