La rirothérapie : rire pour décompresser

Pour rire sans s’arrêter pendant une heure et demie, il faut bien choisir ses amis ou s'adonner à une séance de rirothérapie où les ha ha et ho ho remplacent les paroles et cultivent le fou rire général. C’est très sérieux !

Par Tiffany Sales. |

Se taper les cuisses, dans les mains, gesticuler dans tous les sens ou encore s’esclaffer de rire, c’est ce que font les participants d'une séance de rirothérapie. Si cette pratique semble abracadabrante, elle est pourtant bien sérieuse et possède de véritables vertus antistress.

Selon les médecins, 10 à 15 minutes de rire par jour auraient énormément de bienfaits sur la santé. Il peut par exemple réduire les tensions musculaires et donc agir sur la douleur, stimuler la création d’endorphine (appelée « hormone du bonheur ») ou encore favoriser un meilleur transit intestinal. C’est également un excellent remède contre le stress ou les dérèglements fonctionnels comme l’hypertension, l’asthme, l’excès de cholestérol et les maux de tête puisqu’il encourage une bonne oxygénation du sang.

Malgré tous ces effets bénéfiques, l’adulte ne rirait qu’en moyenne seulement 20 fois par jour. Bien moins qu’un enfant qui rit, lui, 300 à 400 fois par jour. Pour chercher des façons de rire davantage, bon nombre de Belges se tournent donc vers d’autres alternatives telles que la rirothérapie ou le yoga du rire.

37 clubs du rire en Belgique

En Belgique, on ne dénombre pas moins de 37 clubs de rire qui proposent des séances de yoga du rire entre 1h et 1h30 pour environ 10€. Il ne s’agit bien sûr pas d’un rire spontané puisque celui-ci est intentionnellement provoqué lors des exercices. Inutile donc d’être doté d’un sens de l’humour aiguisé !

En réalité, le corps ne fait pas la différence entre un rire spontané ou simulé, les effets provoqués par les exercices ludiques sont donc totalement identiques. Pour devenir le pro du yoga du rire, il y a juste une chose à respecter : ne pas parler et s’exprimer par le mime ou le regard. Il suffit ensuite « juste » de se lâcher et de goûter au plaisir du de cette nouvelle pratique.

Bien que, s’esclaffer sans retenue pourrait bien être plus difficile que ce que l’on pense !

Plus d'informations : www.academiedurire.be