Le chocolat pourrait disparaître d’ici 30 ans

La sonnette d’alarme est tirée par les scientifiques. Le réchauffement climatique pourrait mettre à mal la production de cacao au cours des prochaines décennies.

Par Tiffany Sales. Photo : Pinterest. |

Le chocolat. C’est sans aucun doute l’aliment qui met tout le monde d’accord. En tablette, en sucette, en pralines ou dans nos pâtisseries préférées, qui n’en raffole pas ? Et pourtant, il se pourrait que le péché mignon de millions de personnes disparaisse de la surface de la terre d’ici 30 ans. C’est du moins ce que rapporte une étude menée par la National Oceanic and Atmospheric Administration, une agence américaine de surveillance et de contrôle des océans et de l’atmosphère. 

Des pays producteurs plus adaptés

Les cacaotiers ne peuvent pousser que dans une zone géographique très restreinte : 10 degrés au sud et au nord de la ligne de l’équateur. Une zone où la température est stable, l’humidité forte, les pluies abondantes et le sol riche en azote. C’est bien simple, à ce jour, plus de la moitié de la production mondiale provient de deux pays : la Côte d’Ivoire et le Ghana. Mais ces pays ne seront bientôt plus adaptés pour la production de cacao.

En effet, si le réchauffement climatique se maintient ainsi, une hausse de la température de 2,1°C est à prévoir d’ici 2050 dans les pays producteurs de cacao, selon le rapport de Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC). Une augmentation des températures qui aura pour effet d’accentuer l’évaporation d’eau dans les zones tropicales et donc, de réduire l’eau présente dans le sol. En l’absence de précipitations accrues, les cacaotiers qui ont besoin d’eau pour se développer et donner des fèves, mourront ainsi à petit feu à cause de la sécheresse. Une situation qui enfoncerait par ailleurs l’économie des pays producteurs dans le chaos qui ont besoin de cette manne financière pour prospérer et survivre.

Espaces protégés ou chocolat

Reste la solution de déplacer les plantations de cacao en terrain montagneux. Soit environ 300 mètres au-dessus de leur localisation actuelle. Cependant, ces zones sont protégées de toutes cultures pour préserver la faune et la flore. Détruire ces espaces protégés pour y planter des cacaotiers pourrait être dramatique.

Pour éviter ce drame, le groupe Mars qui possède entre autres Snickers, M&M's, Pedigree et Dove, a lancé son projet à 1 milliard de dollars visant à réduire de 60% l'empreinte carbone de l'ensemble de ses activités. Le groupe s’est également associé aux scientifiques de l'Université de Californie pour développer une technologie baptisée CRISPR, ayant notamment pour but de rendre les plantules de cacao plus résistantes au climat qui devient toujours plus sec et chaud. Une solution proposée parmi d’autres, qui on l’espère, sera concluante.

Lire aussi : « Ruby », le tout premier chocolat rose, entre bientôt en scène en Belgique