L’heure précieuse

Le temps n’est pas seulement affaire de précision. Les grandes Maisons horlogères s’entourent des meilleurs artisans pour qu’il le métamorphose en incroyable objet du désir. Rivalisant de créativité et d’audace, elles nous ont présenté leurs merveilleux joyaux.

Par Magali Eylenbosch. Photos : D.R. |

Si les montres joaillères donnent bien sûr l’heure avec la précision d’un coucou suisse, leur première fonction est de nous éblouir. Véritables merveilles, elles représentent la quintessence du travail des artisans, nécessitant bien souvent un nombre d’heures de travail indécent. Mais c’est pour la bonne cause. Ces pièces exceptionnelles sont autant de petites pépites qui viennent enrichir le patrimoine historique des grandes Maisons et perpétuent différents savoir-faire de génération en génération. On remarque aussi, en ces temps un peu troublés, que le secteur joaillier se porte plutôt bien. Le bijou semble devenir une valeur refuge. Pas forcément pour spéculer, mais surtout pour se faire plaisir. Une tendance un brin inattendue qui laisse espérer que bientôt le moral du secteur affichera grand beau.

Doublement emblématique

Chez Cartier, l’iconique panthère enlace le cadran de la montre. La Panthère Lovée dévoile une nouvelle facette de sa personnalité, mise en scène dans la plus féminine des boîtes de la Maison, la montre Baignoire de Cartier. La maîtrise des volumes et la précision du dessin, de la truffe aux oreilles, témoignent de l’expertise des artisans en matière de réalisme animalier. La boîte en or gris 18 carats est sertie de 460 diamants (soit 2.19 carats), d’émeraude et laque noire.

Le cosmos au poignet

Quatre ans après la révélation de la montre Midnight Planétarium™, Van Cleef & Arpels revisite cette création phare et en propose une version féminine inédite et particulièrement réussie qui vient enrichir son univers de l’Astronomie Poétique. Se distinguant tant par son esthétique raffinée que par son mouvement automatique, développé spécifiquement pour la Maison, la montre Lady Arpels Planétarium met en scène le Soleil et les planètes les plus proches : Mercure, Vénus et la Terre, elle-même accompagnée de son satellite, la Lune.

Chaque astre se déplace conformément à son temps de rotation réel, effectuant ainsi un tour complet de cadran en 88 jours pour Mercure, 224 jours pour Vénus et 365 jours pour la Terre. Nouveauté majeure de cette pièce, la Lune tourne elle-même autour de la Terre en 29,5 jours, animant le cadran d’un ballet perceptible jour après jour.

Essence horlogère

Bréguet a présenté à Bâle une variante du modèle Reine de Naples 8908, premier garde-temps de ligne éponyme lancée en 2002. Cette nouveauté se caractérise par l’association d’une boîte en or rose sertie de 128 diamants à un cadran partiellement en nacre de Tahiti.

Elle ravive les attributs principaux du modèle d’origine que sont la phase de lune et l’indicateur de réserve de marche positionnés à 12h, ainsi que le tour d’heures et la petite seconde excentrés à 6h et 7h, respectivement. La répartition de ces fonctions s’inspire de la première montre-bracelet de l’histoire réalisée par A.-L. Breguet entre 1810 et 1812 pour Caroline Murat, Reine de Naples. Elle est équipée d’un calibre automatique.

Ex fan des sixties

Capturant l’esprit des années 60, la montre Extremely Lady de Piaget a conservé tout son éclat, avec son cadran en pierre ovale atypique et son bracelet en or raffiné. Avec l’introduction de six nouvelles déclinaisons répondant aux codes contemporains du glamour, ce précieux garde-temps demeure aussi élégant et audacieux que le modèle originel.

Piaget honore une tradition riche : transformer l’or précieux en de somptueuses textures, à travers la virtuosité de son orfèvrerie. Ici, la montre est déclinée en or blanc 18k avec lunette sertie de 24 diamants taille brillant (approx 1.46 cts), cadran en opale et bracelet en or blanc 18K effet bois. La montre est dotée d’un mouvement quartz Piaget 56P.

Sur les chapeaux de roue

Créée en 1963, l’Oyster Perpetual Cosmograph Daytona a gagné ses lettres de noblesse sur les plus grands circuits automobiles du monde. Aujourd’hui, elle est devenue une icône qui mérite un habillage étincelant. Sur cette version en or Everose 18 carats, l’emblématique échelle tachymétrique de la lunette est remplacée par un dégradé de saphirs aux couleurs de l’arc-en-ciel. Le boîtier est illuminé par 56 diamants taille brillant sertis sur les cornes et sur l’épaulement de protection de la couronne. Sur le cadran, les index sont matérialisés par 11 saphirs taille baguette, chacun de la même teinte que celle de la gemme qui lui fait face sur la lunette. Les compteurs de chronographe sont en Gold Crystals rose. Ce matériau, issu de la cristallisation d’un alliage d’or rose, une méthode mise au point par Rolex qui se distingue par son aspect scintillant.

A star is born

Chopard fait partie des Maisons qui rivalisent de talent lorsqu’il s’agit de donner tout son sens au merveilleux. Destinée à briller au poignet d’une star sur le tapis rouge de la 71ème édition du Festival de Cannes, cette magnifique montre à secret est inspirée des paysages de Chine. En or blanc 18ct et titane, elle est ornée d’une opale noire de 72cts, et sertie de jade sculptée, de turquoises, d’onyx, de diamants taille brillant et taille poire, d’émeraudes taille brillant et de tanzanites taille brillant.

Le cadran marie nacre rose et calcédoine. Son bracelet est composé de boules de tanzanites facettées. Encore une fois, la Collection Red Carpet de la Maison mérite tous les superlatifs.

Lire aussi : La collection "Ecritures" de Chaumet, de l'art sur les poignets Notre top 5 des montres de plongée