Motifs Tattoo

Le tatouage ne s’imprime plus aujourd’hui seulement sur la peau mais aussi sur les vêtements et les accessoires des modeux. Immersion avec l’artiste Virginie Elwood dans un univers qui n’a pas fini de nous surprendre.
Par Marie Honnay. Photos DR. |

Popularisé, voire banalisé, le tatouage s’invite dans les collections mode et accessoires des marques de luxe et des labels grand public.

Comme chez Zadig & Voltaire, qui a confié l’imprimé phare de Circus & Pirate, sa collection printemps 2017, à la tatoueuse/ sculptrice/ peintre new-yorkaise Virginia Elwood.

Le résultat : une capsule composée de foulards, boots, caraco en soie, sacs… décorés de roses, fleurs, lunes, sirènes et squelettes funky. Rencontre avec une artiste blonde platine à l’univers folk et très rock’n’roll, propriétaire, depuis 2001, du studio Saved Tattoo à Brooklyn.

Autrefois marginal et underground, le tatouage s’apparente aujourd’hui à une vraie tendance mode. Quel regard portez-vous sur cette évolution ?

Internet a tout changé. Les gens ont soudain eu accès à beaucoup plus d’informations, à des images qui, jusque-là, ne se transmettaient qu’entre initiés. L’arrivée sur le marché d’un grand nombre de jeunes tatoueurs a contribué à accentuer la dimension artistique du tatouage. Cela n’a pas échappé aux acteurs de la mode !

Les tendances existent-elles aussi dans l’univers du tatouage ?

Le tatouage est un acte définitif et très personnel. J’hésite donc à le relier à des tendances spécifiques. Les différents styles de dessins gagnent et perdent en popularité au fil du temps, mais un tatouage – tout comme un vêtement – doit d’abord être aimé. Qu’il soit dans le coup ou non ne devrait pas nous influencer.

Dessiner sur la peau ou pour créer un imprimé, c’est très différent. Comment cette collaboration avec Zadig & Voltaire s’est-elle déroulée ?

La peau se modifie au fil des années. Le processus de création d’un tatouage est donc fondamentalement différent. Il faut tenir compte du vieillissement naturel de l’épiderme. L’image que vous créez doit encore tenir la route vingt ans plus tard. Pour Zadig & Voltaire, le tatouage est un simple point de départ. Le style des imprimés évoque celui des vrais tatouages, mais la comparaison s’arrête là.

Parlez-nous des motifs utilisés pour cette collection…

Les tatouages sont porteurs d’une symbolique très forte. Dans le registre traditionnel, de nombreux motifs évoquent la mort et le deuil. J’ai préféré me concentrer sur le côté fun, frais et léger du tattoo. J’ai donc imaginé des crânes, des sirènes, des bateaux et des roses ; des symboles que j’adore dessiner sur la peau des gens qui passent par mon studio. C’est amusant de les voir portés d’une manière nouvelle et inédite.