PARTENAIRE | Mutualité Libérale

Harcelé, Robbie s’en est sorti grâce à une aide psychologique à distance

Vous êtes harcelé depuis des années, au point de ne plus voir aucune issue, mais vous n’osez en parler à personne... C’est ce qui est arrivé à Robbie. Finalement, une psychologue à distance est intervenue juste à temps pour l’aider à remonter la pente et ouvrir un nouveau chapitre dans sa jeune vie. Il témoigne.

« J’ai toujours été le plus petit de la classe, raconte Robbie, 20 ans. À l’école maternelle, cela ne me posait aucun problème. Tout le monde me trouvait adorable. Et j’étais choyé par mes petits camarades. Ils étaient très attentionnés à mon égard, et très patients. Mes malheurs n’ont commencé qu’en première primaire. Je restais le plus petit de la bande. Et quelques harceleurs ont vu en moi la victime idéale. »

« Très vite, ils m’ont systématiquement exclu du groupe. Je n’avais pas ma place parmi eux. En rue, ils me traitaient de “minus” ou de “schtroumpf”. Avec le temps, la situation n’a fait qu’empirer. On ne m’invitait jamais aux fêtes d’anniversaire, et au cours de gymnastique, je restais toujours sur le carreau quand il fallait former des groupes. “Qu’est-ce qu’on peut faire avec lui ? Il est trop petit”, disaient-ils. “Il ne sait même pas monter à l’espalier.” Cela n’arrêtait pas. Chaque jour, c’était la même chose. »

« Le contact avec la psychologue devait se faire par téléphone : cela m’a aidé à surmonter mes appréhensions »

« J’en suis venu à manquer d’assurance et à détester l’école. À la maison, je suis devenu infernal, au grand désarroi de mes parents. “Pourquoi tu te comportes comme ça ?”, me demandait souvent ma mère. Mais pendant des années, je n’ai rien osé leur dire. J’avais un exutoire : le piano, dont j’avais fait mon hobby. Madame Peeters, mon professeur de piano, a tout de suite compris que j’étais au fond du trou. Un beau jour, elle m’a demandé de rester un peu après le cours. Nous avons alors parlé pendant deux heures. Je lui ai tout raconté et ça m’a fait un bien fou. “Pourquoi ne cherches-tu pas de l’aide ?”, m’a-t-elle demandé. Quand je lui ai dit que je n’osais pas, elle m’a parlé de la possibilité d’entrer en contact par téléphone avec des intervenants professionnels. » 

« J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai finalement appelé l’une de ces psychologues. Le fait que je ne l’avais pas en face de moi m’a aidé à faire le pas. Grâce à elle, j’ai refait surface peu à peu. À la fin de mes humanités, j’étais parvenu à dédramatiser le harcèlement, de sorte que j’ai pu commencer mes études supérieures le cœur léger. Cela fait un an que je suis à l’université. Je ne suis plus harcelé et je mène une nouvelle vie. Je suis vraiment heureux d’avoir pris un jour le téléphone pour demander de l’aide. »

Comment éviter de rester aux prises avec un tel problème des années durant ?
- Ne niez pas les premiers signaux
- Ne culpabilisez pas
- Cherchez à en parler à une personne de confiance
- Demandez une aide professionnelle
- Vous n’arrivez pas à franchir le pas ? Cherchez un professionnel qui pourra vous aider. Cela peut aussi se faire par téléphone, par exemple avec Psy-Go !, le service d’accompagnement psychologique par téléphone, gratuit pour les affiliés de la Mutualité Libérale. En savoir plus.

 

La Mutualité Libérale offre un week-end spa et volupté pour 2 personnes.
Pour participer, cliquez ici
Choisissez une région et entrez vos coordonnées pour avoir une chance de remporter ce cadeau. Bonne chance !