Ne décapotez pas !

Pour la seconde fois, Mazda décline son icône parmi les roadsters en version à toit rigide escamotable. Mais la recette est cette fois différente et le résultat a de quoi faire oublier l'aspect "décapotable".
Laurent Zilli |

Parce que le marché demande des cabrios mieux isolés pour une utilisation toute l'année, Mazda avait déjà développé une version "Roadster-Coupé" de la MX-5 précédente. Hélas comme souvent, cette solution nuisait à la pureté des lignes. Cette fois, Mazda a imaginé autre chose: une sorte de version "Targa", dont les montants arrière restent en place.

La MX-5 RF (pour Retractable Fastback) n'est pas vraiment une Targa, puisque la lunette arrière disparait elle-aussi. Car les gens de Mazda tenaient à conserver de vraies sensations cabrio, avec du vent plein l'habitacle et du son d'échappement plein les oreilles. Sur le papier, on a donc le meilleur des deux mondes: une coque dure autour de soi contre les frimas et une voiture découvrable ouverte aux quatre vents. Sur papier. Car dans la pratique, ça coince un peu. Lorsqu'on roule complètement ouvert, toit et vitres latérales, les montants arrière produisent des bruits aérodynamiques dès 90 km/h, qui deviennent vite obsédants et rendent la conversation avec un passager difficile.

Pour atténuer ces bruits, il faut descendre les vitres. Pas vraiment un problème en été mais du coup, il devient difficile de profiter du moindre rayon de soleil hivernal sans risquer la pneumonie. Paradoxalement, avec une MX-5 normale, on jette le toit en arrière en 2 secondes, on monte les vitres, une petite écharpe, un coup de chauffage, on est paré même par moins de 10° et on peut discuter avec le passager même à 120 km/h. Bref, en RF, on ne peut rouler complètement ouvert toute l'année… qu'en ville.

Du confort ? Roulez fermé !

Voici notre conseil: voyez plutôt la MX-5 RF comme un coupé avec un très grand toit ouvrant à utiliser occasionnellement. Car en fait, l'intérêt majeur de la voiture, c'est sa beauté exceptionnelle lorsqu'elle est fermée. Les designers ont réussi à créer quelque chose de vraiment sublime sous tous les angles, et particulièrement de profil et de ¾ arrière.

Comme la MX-5 de première génération a relancé le roadster qui se mourrait lentement, la RF est une réinterprétation de ce que faisaient MG, Triumph ou encore AC (la marque de la Cobra) dans les Sixties: décliner en jolis coupé des voitures nées comme des Roadsters. On trouve un peu de tout ça dans la partie arrière de la MX-5 RF, et aussi un peu de Corvette C3, de Jaguar XJS et autres merveilles du genre. Et rassurez-vous: la RF ne pèse que 45 kilos de plus qu'une MX-5 classique, les sensations pures de ce qui est l'une des sportives les plus enthousiasmantes et les plus généreuses du marché sont complètement préservées.

Qu'en conclure ? Que la MX-5 RF est plutôt une version coupé qu'un cabrio à toit dur qui, à défaut d'être un cabrio toutes saison, est une façon de profiter du plaisir de conduire une MX-5 365 jours par an. Et qu'elle est beeeelle!

Les plus

• Grande réussite esthétique
• Plaisir MX-5 préservé
• Un peu plus confortable que la roadster…
• … et plus homogène

 

Les moins

• Bruits aérodynamiques envahissants
• Ouverture/fermeture possible jusqu'à 10 km/h seulement

 

La Mazda MX-5 RF 1.5 en bref

• Moteur : 4 cyl. essence, 1.496 cm3; 131ch - 150Nm
• Transmission : aux roues arrière
• Boîte : manuelle 6 rapports
• L/l/h (mm) : 3.915/1.735/1.230
• Poids à vide (kg) : 1.015
• Volume du coffre (l) : 127
• Réservoir (l) : 45
• 0 à 100 km/h (sec.) : 8,6
• Vitesse maxi (km/h) : 203
• Conso mixte (l/100 km) : 6,1
• CO2 (g/km) : 142
• Prix (€) : 26.090