Pourquoi dort-on si mal hors de chez soi?

Sur le dos, sur le ventre, sur le côté… Rien à faire, vous n’arrivez pas à fermer l’œil de la nuit lorsque vous n’êtes pas dans votre lit. Rassurez-vous, c’est tout à fait normal.

Par Tiffany Sales. Photo : Pinterest |

A l’hôtel, chez des amis ou dans une maison de vacances, la première nuit en dehors de notre lit habituel relève bien souvent du parcours du combattant. Un phénomène étrange qui serait dû à l’hémisphère gauche de notre cerveau, véritable veilleur de nuit, d’après des chercheurs américains.

Leur étude publiée dans la revue Current Biology révèle en effet que notre hémisphère gauche reste en « vigilance accrue » la première nuit passée dans un lieu inconnu. N’aimant pas trop les changements et étant très sensible aux stimuli extérieurs, ce dernier n’hésite pas à nous réveiller à chaque bruit suspect pour nous prévenir d’un éventuel danger. Un instinct de survie dont on pourrait bien se passer…

Pour expliquer ce phénomène, les scientifiques ont eu recours à trois techniques différentes (l’IRM, l’électroencéphalographie et la magnétoencéphalographie) pour analyser l’activité du cerveau de 35 volontaires. Durant la première nuit, les chercheurs ont constaté une activité anormale de l’hémisphère gauche du cerveau après avoir envoyé de petits signaux sonores vers les deux oreilles des volontaires.

Lorsque le signal venait de l’oreille droite (reliée à l’hémisphère gauche), les individus qui se trouvaient dans un sommeil profond avaient tendance à se réveiller plus fréquemment et à être actifs beaucoup plus rapidement que si le bruit était envoyé à l’oreille gauche. «  Cet état mi-endormi mi-éveillé est probablement le moyen de surveiller un environnement qui n’est pas familier  », explique Masako Tamaki, un des auteurs de l’étude.

Un effet « première nuit » qui s’estompe assez rapidement puisque dès la deuxième nuit, l’activité cérébrale redevenait normale.

Un phénomène commun avec certains animaux

Ce phénomène est comparable à l’activité cérébrale de certains animaux. Des cétacés comme les dauphins ou les baleines ainsi que certains oiseaux ont leurs hémisphères cérébraux qui dorment en alternance. Les cétacés doivent respirer l’air à la surface de l’eau de manière volontaire, contrairement à l’homme. Une partie de leur cerveau doit toujours être en éveil, pour pouvoir nager vers la surface et déclencher une respiration volontaire ».

Pour dormir sur vos deux oreilles dès la première nuit, il n’y a donc pas grand-chose à faire. Bien que… Les scientifiques préconisent de prendre son oreiller personnel avec soi, histoire de rassurer mister hémisphère gauche.

Lire aussi : Voici l’heure à laquelle vous devriez vous coucher