Pourquoi vos gueules de bois empirent avec l’âge

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il était plus difficile de se remettre d’une soirée trop arrosée à 35 ans qu’à 20 ans ? L’explication est en partir physiologique.

Par Tiffany Sales. Source : The New York Times. Photo : Pinterest. |

Si le vin se bonifie avec l’âge, on ne peut pas en dire autant pour votre corps. Et ça, vous l’avez bien remarqué. A 20 ans, lorsque vous abusiez d’alcool, les réveils étaient certes un peu difficiles mais les effets disparaissaient au bout de quelques heures. Avec l’âge par contre, les nausées, la fatigue et les maux de tête peuvent durer de longues journées, malgré tous vos efforts pour vous remettre en selle.

Mais comment cela se fait-il que vos gueules de bois sont bien plus difficiles à encaisser qu’avant ? Un article du New York Times, repéré par Slate, a tenté d’y répondre.

Une question d’habitude

Tout d’abord, il s’agirait d’une question d’habitude selon Lara Ray, spécialiste en psychologie clinique à l'Université de Californie. En effet, les jeunes gens ont tendance à faire des excès de façon plus régulière ce qui rend le corps plus tolérant à l’alcool. Bien que cela ne signifie pas que ces excès ne l’abiment pas. « Le vrai "problème" pourrait être que vous buvez moins en vieillissant, ce qui réduit tout simplement votre tolérance à l'alcool », explique-t-elle. Eh oui, il est bien loin le temps où vous sortiez tous les samedis soirs jusqu’à l’aube…

Une affaire de graisses

« Au fur et à mesure que nous vieillissons, nous perdons de la masse musculaire en le remplaçant par de la graisse », développe Lara Ray. Ainsi, la même boisson que vous buviez allègrement il y a 20 ans, causera aujourd’hui plus de dégâts dans votre corps qui a accumulé davantage de graisse corporelle. En effet, l’alcool ne se dilue pas bien dans la graisse, c’est la raison pour laquelle les femmes qui ont généralement plus de graisse corporelle que les hommes ont tendance à avoir une tolérance plus faible. « Mais cela tend à être plus vrai pour les personnes de plus de 65 ans que pour celles de plus de 40 ans », continue-t-elle.

Dr Ray suggère par ailleurs de boire plus lentement pour compenser ce changement dans la composition corporelle et d’alterner avec d’autres boissons non alcoolisées afin de diluer l’alcool. Boire beaucoup d’alcool en un coup provoquera « un pic rapide d'alcoolémie suivi d'une chute rapide ce qui rendra la gueule de bois plus probable », explique-t-elle.

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de solution miracle pour éviter la gueule de bois si ce n’est de consommer de l’alcool de façon modérée... Mais après tout, n'est-ce pas ça la sagesse ?