Quand Chanel rugit de plaisir

Chanel a profité de la semaine de la Haute Couture pour présenter son écrin de la place Vendôme, sa nouvelle collection de Haute Joaillerie, L'Esprit du Lion. Une vieille histoire...

PAR MAGALI EYLENBOSCH. PHOTOS D.R. |

Le lion apparaît pour la première fois en 2012 dans l’univers de la Haute Joaillerie signée Chanel. Il fait partie des codes emblématiques chers à la Maison. Sa crinière orne déjà les boutons des
fameux tailleurs en tweed et divers accessoires, notamment le fermoir des sacs à main. Coco Chanel, née le 19 août 1883 sous le signe du lion disait souvent : Je suis lion et comme lui, je sors mes griffes pour empêcher qu’on me fasse mal. Le lion la fascine. Il est fort, majestueux, puissant, indépendant, téméraire. Ce sera pour Coco un porte-bonheur, un mantra. En marbre ou en bronze doré, posé
sur une table, en bois sculpté sur le rebord d’unecheminée, il est toujours resté là, conquérant, la patte posée sur le Monde, dans son appartementde la rue Cambon. Lorsque le 22 décembre 1919,son grand amour, Boy Capel, meurt dans un accidentde voiture, son amie Misia Sert emmène Coco à Venise. Est-ce un hasard si l’emblèmede la Cité des Doges est le lion ? Sans doute !Il n’empêche qu’elle y rencontrera les plus grands artistes de l’époque et y reprendra goût à la vie.

 

Précieuses déclinaisons

En 2013, une première collection Haute Joaillerie, Sous le Signe du Lion, rendait déjà hommage au roi des animaux. Cette année, la collection L’Esprit du Lion réinterprète pour la seconde fois avec subtilité et élégance ce mythe faisant partie intégrante de l’ADN de la griffe. Il se décline en 53 pièces de Haute Joaillerie : 11 colliers, 14 bagues, 10 paires de boucles d’oreille, 10 bracelets, 4 broches, 3 montres joaillières et 1 objet précieux. Plusieurs pièces sont uniques. Mais le rêve et le merveilleux ont bien sûr un prix… 42 000 € pour la pièce la moins chère et 4 400 000 € pour le collier Legendary en or blanc, orné d’un sublimissime diamant jaune.

Une chaîne est associée au lion pour renforcer sa force et souligner son autorité. Sur des sautoirs multichaînes, des bracelets ouverts ou des tours de cou, le félin, majestueux, ponctue les parures d’or jaune ou d’or blanc. Il veille sur des diamants, saphirs, béryls et topazes impériales. Chez Chanel, il faut compter deux ans de travail entre les premiers dessins et la présentation d’une collection Haute Joaillerie. Deux ans pendant lesquels créateurs et joailliers rechercheront le parfait équilibre, les justes proportions entre le bijou et la peau. Mais on ne travaille pas chez Chanel par hasard. Les artisans de la Maison font partie des meilleurs. 

Un univers où le précieux règne en maître et où le temps prend une autre dimension. Il faut compter plusieurs centaines d’heures pour travailler le métal, sertir les pierres, polir chaque face d’un bijou qui se doit d’être le reflet de l’exigence d’une Maison qui a fait de la recherche de la perfection, un credo.