Rolex : l’obsession de la précision

Le succès mondial et quasi intemporel des montres Rolex amène souvent à se poser la même question : quelle est la clef de ce succès, quels sont les éléments qui constituent cette incroyable alchimie de qualité qui, depuis plus d’un siècle, fait l’unanimité.
Par Jean Perini |

En fait, la recette est aussi simple à expliquer qu’elle fut complexe à réaliser. Une montre Rolex, et plus spécialement la fameuse “ Oyster Perpetual ” qui tire son nom de l’huitre en anglais,  réunit les trois qualités fondamentales de la montre bracelet mé-canique contemporaine : l’étanchéité et l’autonomie, au service de la précision.

Un exploit et un homme

Le 15 juillet 1914, l’Observatoire de Kew en Grande-Bretagne décerne pour la première fois un certificat de Classe “ A ” à une montre-bracelet. Ce véritable exploit, réalisé par une montre ROLEX de petite taille, stupéfie le monde et marque l’avènement de la montre-bracelet moderne de précision. Derrière cet exploit, il y a un homme : Hans Wilsdorf, fondateur de Rolex en 1905. En obtenant ce premier certificat de chronométrie de Kew, il démontre qu’en termes de précision, une petite montre-bracelet signée Rolex n’a rien à envier aux meilleurs garde-temps, ni aux montres de poche qui sont alors la norme. Prouesse de précision miniaturisée, ce premier chronomètre-bracelet relève avec brio les critères drastiques de l’Observatoire britannique, les plus sévères au monde : 45 jours de tests, dans cinq positions et à trois températures différentes (glacière, étuve, ambiante). Pour la première fois de l’histoire, une montre-bracelet parvient à satisfaire aux exigences attendues des meilleurs chronomètres de marine. Ces instruments de navigation, dont la précision est utilisée pour déterminer la position en mer (longitude), ne tolèrent que quelques secondes de déviation journalière sous peine de compromettre la sécurité des navires. 
La marque parachèvera le concept de montre moderne par l’invention, en 1926, du boîtier étanche Oyster pour protéger le mouvement, puis par la mise au point du mécanisme de remontage automatique par rotor Perpetual en 1931.

Leader de la chronométrie

L’Oyster Perpetual de Rolex va cumuler ainsi les trois qualités fondamentales que sont la précision, l’étanchéité et l’autonomie, des avantages qui vont donner un essor extraordinaire à la montre mécanique contemporaine.
Lorsqu’en novembre 1951, la certification des chronomètres est obligatoirement régie par un organisme officiel. Rolex ira plus loin et s’astreindra à obtenir pour ses mouvements un bulletin portant la mention “ résultats particulièrement bons ”. Cette distinction verra naître la célèbre formule qui figure encore aujourd’hui sur les cadrans Rolex : “ Superlative Chronometer Officialy Certified ”.
Depuis la création du Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC) en 1973, les mentions spéciales ont disparu des certificats. Mais la signature sur les cadrans Rolex demeure. Cette certification porte sur la montre dans son ensemble, une fois le mouvement emboîté, afin de garantir des performances superlatives au poignet en termes de précision, d’étanchéité, de remontage automatique et d’autonomie. La précision en montre d’un chronomètre Superlatif Rolex est ainsi de l’ordre de -2/+2 secondes par jour, soit plus de deux fois celle exigée d’un Chronomètre officiel.

Le test d’étanchéité

L’étanchéité de chaque montre est testée une première fois par surpression d’air puis dans l’eau dans des cuves hyperbares. Les montres étanches jusqu’à 100 mètres sont testées à une pression de 10 % supplémentaire, tandis que les montres de plongées étanches jusqu’à 300 , 1220 et 3900 mètres, le sont avec une marge de sécurité supplémentaire de 25 %. Et comme le disait avec humour Hans Wildorf , “ l’huitre est une gardienne de maison modèle et ne tolère aucune poussière ou impureté. Voilà pourquoi nous avons emprunté ses qualités et aussi son nom !”.