Ski : se loger autrement

Une nouvelle offre de séjour se profile dans les stations de ski : cabanes, kotas, Airbnb, mais aussi de nouveaux concepts entre hôtel et auberge de jeunesse. Visite guidée du Moontain Hostel, dans la petite station d’Oz-en Oisans.
Réalisation Maurine Toussaint |

Ambiance feutrée, parfum de résine et feu ouvert : les repères typiques de la montagne sont réunis ; et pourtant, quand on passe la porte du Moontain Hostel, le décor surprend d’abord par son design contemporain. Cet hôtel ne ressemble à aucun autre, avance fièrement Christian Salomon, propriétaire des lieux. Menuisier de formation, cet entrepreneur s’est lancé dans l’aventure Moontain au début de l’année 2016, avec l’idée de créer une gamme de logements alternatifs, financièrement abordables, mais d’une qualité 4 étoiles.

Entre une montée en gamme des hôtels de la région et les séjours tout compris de type Club Med, il semblait y avoir un créneau à prendre. On rêvait de proposer un mode d’hébergement qui ne soit ni une formule all-in, ni un hôtel classique, ni une auberge de jeunesse. Derrière ce challenge, Christian nourrissait surtout une envie : répondre aux attentes de certains amateurs de sports d’hiver, qui ont fini par déserter la montagne par manque de flexibilité. Avec un concept totalement à la carte, le Moontain se promet de briser les contraintes d’un séjour standard à la neige répondant souvent aux mêmes exigences : réservation de minimum 6 nuits, du samedi au samedi, avec demi-pension obligatoire… 

Des dortoirs de 12 et des chambres “premium”

Au total, l’établissement, qui a des airs de chalet de luxe, compte une centaine de lits, répartis aussi bien dans des dortoirs de 12 à partager que dans des chambres dites “premium” ou “exclusives” pour deux ou quatre personnes avec salle de bains attenante. Une offre caméléon qui s’adresse à un public qui l’est tout autant. Ces différentes typologies permettent au client de s’y retrouver, qu’il voyage seul, en famille, en couple ou entre amis, détaille le chef des lieux. Une formule à la carte qui se prolonge en cuisine, puisque l’hôtel propose un buffet petit-déjeuner facultatif, des “lunch kits” à glisser dans son sac à dos, des plats régionaux présentés sous forme de bocaux, ainsi que des dîners à thèmes, pour des prix oscillant de 7 à 20 €. L’addition est raisonnable quand on sait que la plupart des produits cuisinés sont locaux et garantis sans intermédiaires.

Bracelets connectés pour payer 

Au-delà de son offre sur mesure, l’originalité de l’établissement réside dans son application éponyme, Moontain, imaginée pour encourager l’échange et tisser des liens au sein de la communauté de voyageurs. Des animations et événements sont proposés par l’hôtel, par le biais de cet agenda connecté, en fonction des centres d’intérêts et des désirs de chacun, l’objectif étant de rassembler les locataires dès l’après-ski, s’ils le désirent. Pensé pour faciliter le day-to-day, l’outil permet également de gérer son compte “cashless”, relié à un bracelet connecté avec lequel tout ou presque peut être payé dans le domaine. L’app’ tient enfin lieu de relais à l’Office du Tourisme de la station en proposant notamment des alternatives ludiques pour les non skieurs : marche nordique, balade en raquettes, nouvelles glisses… 

Confort 4 étoiles À prix doux

Située au cœur d’une vallée de sapins, Oz-en-Oisans possède le charme des stations familiales et intimistes. Une notion de convivialité que l’on retrouve dans l’architecture et la structure du complexe. Grand chalet de pierres et de bois, la façade extérieure du bâtiment est d’origine, à quelques détails près. Le rez-de-chaussée a été alloué aux espaces communs, aménagés en une série de lieux de vie et de détente aux atmosphères et designs variés : banquettes à l’américaine dans le séjour, fauteuils en cuir dans le salon, mobilier pratico-pratique dans l’espace restaurant, plaids cocoon en mezzanine… En se baladant d’une pièce à l’autre, l’on doit alors avoir le sentiment de changer à chaque fois d’univers et donc d’expérience. C’est nécessaire, si l’on séjourne une bonne semaine dans un hôtel comme le nôtre ; sinon, en deux, trois jours, on a le sentiment d’avoir tout vu.

Pour développer ce lieu multi-facettes, Christian Salomon a travaillé avec un bureau d’architecture intérieure local, mission lui étant donnée de créer un design hétéroclite tout en préservant le côté chaleureux de la montagne. La facilité, et c’est ce qu’on voit partout, c’est d’utiliser du bois brossé ou du vieux bois et d’en placarder les murs. Ici, on a veillé aux détails, on a misé sur des matériaux et des agencements qu’on ne retrouve pas ailleurs, tous pensés autour d’un fil conducteur. Et de conclure en hôte bienveillant : “L’expérience doit être unique dans son ensemble. L’idée, si l’on vient passer ses vacances chez nous, c’est que l’on s’en rappelle !” Un confort 4 étoiles à prix doux que l’entrepreneur entend prochainement développer dans d’autres stations de ski françaises. Il aurait tort de s’en priver. 

Moontain Hostel, clos du Pré, 38114 Oz-en-Oisans, www.moontain-hostel.com. Situé à 900 km de Bruxelles, à 55 km de la gare de Grenoble et 98 km de l’aéroport de Grenoble. Pour six nuitées, comptez 180 € pour un lit dans un dortoir mixte de 4, 6 ou 12 personnes, et 780 € pour une chambre double avec salle de bains.

Les nouvelles alternatives 

Entre ciel et terre

Suspendues à plusieurs mètres de hauteur, aux mélèzes, les cabanes en bois se multiplient au cœur des stations françaises et alentours. Souvent de haut standing, elles sont généralement construites et aménagées pour deux personnes avec salle de bains incluse. Certaines d’entre elles possèdent des options “deluxe”, dont la livraison en chambre d’un panier petit-déjeuner journalier, c’est le cas à Saint-Jean-d’Aulps en Haute-Savoie, par exemple. Même concept à Vars, dans les Hautes-Alpes où la Tree House, nichée au cœur de la station, promet de s’endormir la tête dans les étoiles.

www.lacabanedanslesarbres.com et www.escondus.com/tree-house.html

Kotas finlandais

Importés de Laponie, ces refuges traditionnels de pêcheurs pourraient bien concurrencer les chalets français classiques. Notamment situées dans le Camping des Blats à cinq minutes de la station du Lioran ou à celui de l’Iscles de Prelles, à deux pas de Serre Chevalier, ces petites cabanes hexagonales accueillent jusqu’à quatre personnes. Cuisinette, petit salon et chambres à coucher avec lits doubles ou superposés, l’équipement est classique, mais résolument chaleureux. À noter qu’il n’y a généralement pas d’arrivée d’eau dans les kotas, tradition oblige.

www.camping-des-blats.fr et www.camping-iscledeprelles.com

 

Location de particuliers à particuliers

Un mazot charmant avec vue sur l’Aiguille du Midi, un loft d’exception au pied des pistes d’Avoriaz, une ferme d’époque à Valloire… Les plateformes Airbnb (135 locations à Chamonix, 55 à Morzine, 32 à l’Alpe d’Huez...), le Bon Coin et Abritel regorgent d’offres postées par des particuliers, aux localisations, tailles et prix variés. Certes, il faut parfois chercher un peu et comparer les annonces, mais le coup de cœur n’est jamais loin.

www.airbnb.be, www.leboncoin.fr et www.abritel.fr