Sugarland, le documentaire choc pour dénoncer les méfaits du sucre

Le documentaire « Sugarland » de Damon Gameau révèle les ravages des sucres cachés dans nos produits alimentaires. Pour faire réagir le public, le réalisateur australien n'y est pas allé de main morte : il a radicalement changé son régime alimentaire en ingurgitant 40 cuillères à café de sucre par jour pendant deux mois.

Par Tiffany Sales. Photo : Pinterest. |

« Aujourd'hui, le sucre est tellement répandu dans notre société, que si on retirait des étagères d'un supermarché tous les produits qui en contiennent, il n'en resterait que 20% », raconte l’acteur et réalisateur australien Damon Gameau dans son documentaire « Sugarland », sorti en salle ce mercredi 24 janvier.

En totale immersion

L’objectif de ce dernier ? Dénoncer avec humour et effets spéciaux à gogo les ravages d’une alimentation riche en sucres sur notre santé. Et pour convaincre son public, le réalisateur n’y est pas allé avec le dos de la cuillère puisqu’il a lui-même changé ses habitudes alimentaires. Pendant 60 jours, Damon Gameau s’est en effet lancé à corps perdu dans la planète du sucre en ingurgitant 40 cuillères à café de sucre au quotidien (160 grammes), soit l’équivalent de la consommation moyenne d’un Australien afin d’en observer les effets sur son corps et sa santé. A titre de comparaison, la moyenne française est de 100 grammes par jour, soit 25 cuillères de sucre. 

Une méthode proche de celle de Morgan Spurlock, réalisateur du film Supersize me dans lequel ce dernier s’était nourri chez McDonald’s, matin, midi et soir, pendant un mois. A une différence près : Damon Gameau n’a pas mangé exclusivement de la malbouffe mais des produits alimentaires que nous consommons au quotidien. Pas question donc de sodas, de confiseries ou encore de gâteaux mais plutôt de yaourts allégés en matières grasses, de smoothies ou des barres de muesli. 

Pourtant, les résultats observés sur le corps et la santé de Damon Gameau sont presque tout aussi catastrophiques : prise de poids (8 kilos et 10 cm de tour de taille), détérioration du foie, fatigue, troubles de l'humeur... Pour ce pro de l’humour, garder le sourire au quotidien est devenu un réel défi.

Des quantités surprenantes

Et pour cause, aujourd’hui, 80% de nos aliments transformés contiendraient du sucre et la consommation mondiale de cette substance aurait augmenté de 46% au cours des dernières années, explique Damon Gameau. A un tel point que notre palais s’y est habitué. Savez-vous que votre velouté de légumes cache en réalité trois morceaux de sucre, vos pétales de maïs plus de sept et que vos tranches de jambon en contiennent des traces ?

« Après ce film, personnellement je me suis engagé à faire un sevrage de sucre pendant 20 jours, et j’ai vraiment eu les effets du sevrage. J’ai eu des pertes d’énergie, des fringales de sucre. J’avais dans mon placard une boîte de corn flakes gavés de sucre, et je sentais cette boîte m’appeler ! Je me voyais me faire un bol… comme un camé ! », raconte Kyan Khojandi qui prête sa voix à la version française dans une interview accordée à Mashable FR.

Pour rappel, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), notre ration quotidienne de sucre ne devrait pas dépasser 20 à 30 grammes. Or, une simple cuillère à soupe de ketchup en contient déjà 4 grammes et une canette de soda sucré, jusqu’à 40 grammes.

Comment les éviter ?

Il n’y a qu’une seule chose à faire : bien lire les étiquettes et garder l'oeil vif sur les « dont sucres » dans les glucides ! « Quand vous voyez une barre chocolatée qui contient 8 grammes de sucre, demandez-vous si vous mangeriez deux cuillères de sucre comme ça ? Si vous pensez qu’un bol de céréales c’est 'un peu' de sucre, et bien en fait c’est déjà 10 à 12 grammes de sucre, donc l’équivalent de 3 cuillères. Est-ce qu’en vous réveillant le matin vous prendriez trois ou quatre cuillères de sucre ? La réponse est non a priori. En réfléchissant comme ça, on peut déjà faire un grand pas », conclut Kyan. 

Lire aussi : Zoom sur les faux aliments qui colonisent nos supermarchés.