Tous en Pyjama !

Oubliez les soirées pyjama des années 90. Aujourd’hui, place au slumberwear, une tendance chic, luxe et joliment décalée qui vous permet de porter votre habit de nuit toute la journée.
Par Marie Honnay. Photos DR. |

Contraction du verbe anglais slumber (qui signifie “dormir paisiblement, somnoler”) et du mot wear, le slumberwear est une tendance qui ne fait pas dans la demi-mesure. Les pyjamas, comme ceux exhibés par Bianca Jagger dans les années 70, vus sur le catwalk printemps/été de Gucci ont le chic pour mettre le feu au dancefloor. Quant aux sublimes vestes aux allures de peignoir repérées lors du dernier défilé Haider Ackerman ou Lanvin, elles donnent tout son sens au mot “déshabillé”. D’une manière générale, ces pièces impressionnent par leur audace : matières très luxueuses, couleurs et imprimés ultra-chics, coupes sexy en diable…

Reste à savoir pourquoi cette tendance fascine autant qu’elle inspire les créateurs. Ceux qui la distillent par petites touches dans leur collection et les autres : ceux qui ont fait du slumberwear une affaire personnelle.

C’est le cas du label italien FRS (For Restless Sleeper). L’idée derrière les pyjamas de Francesca Ruffini est de détourner cette pièce iconique en lui offrant une dimension sexy, baroque et toujours teintée d’ironie. Notez toutefois que la belle Italienne – dont les pièces en soie monogrammées s’affichent dans les dressings les plus branchés depuis 2015 – n’a rien inventé. Elle n’a fait que réveiller Palazzo Pajama, une signature née à Rome dans la tête d’une certaine Irene Galitzine.

Dans les années 60, les deux-pièces ultrachics de cette princesse russe ont séduit l’aristocratie italienne, mais aussi les trendsetteuses de l’époque comme Jackie Kennedy, Audrey Hepburn ou encore Diana Vreeland, qui baptisa le label. Toutes ont craqué pour ces pyjamas conçus pour être portés comme un tailleur en toute décontraction, entre autres lors de vacances à Capri, la destination en vogue à l’époque.

L’exemple belge

L’engouement pour le slumberwear – qui se porte, on l’aura compris, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur –, serait-il la conséquence directe d’un retour à un style de vie plus aristocratique, plus voluptueux, à l’image d’artistes et de belles créatures alanguies dans des intérieurs élégants ? Ce n’est pas Emmanuel Demuynck qui prétendra le contraire.

Créateur de la marque Monsieur Maison, ce Belge qui voue une admiration sans borne à Yves Saint Laurent développe, chaque saison, une ligne très exclusive de vêtements d’intérieur coupés dans des matières vintage dénichées dans les archives de ses maisons fétiches. Baptisé en hommage à Yves Saint Laurent, Betty Catroux ou Sophia Loren, chaque peignoir ou vêtement d’intérieur Monsieur Maison affiche ce même charme empreint de nostalgie : J’avais envie de retrouver une élégance qu’on ne rencontre plus guère aujourd’hui.

Je suis fasciné par des personnages comme Lady Vita Sackville West, Peggy Guggenheim ou encore Elsie de Wolfe, des femmes qui incarnent cette haute société un tantinet rebelle qui aimait choquer, mais toujours avec élégance. En tant que créateur, je souhaite donner envie aux gens d’enfiler des vêtements en phase avec chaque occasion.

À ce titre, mes kimonos taillés dans des tissus haute couture sont parfaits pour rester chez soi sans perdre en élégance. Je trouve que les gens ne font plus assez d’efforts vestimentaires. Or adopter un beau vêtement avec nonchalance et naturel, c’est une marque de respect envers soi-même et envers les autres.

Luxueuse ironie

Ce décalage teinté d’une pointe d’humour propre à la tendance slumberwear, on le retrouve clairement dans les collections de Maison Marcy, une marque belge créée en 2014 par Marcy Szwarburt, un homme aux allures de dandy, incarnation parfaite de ce style qu’il distille au travers de ses créations.

Trente ans tout juste après avoir lancé la marque Donaldson (dont l’aventure a, elle aussi, démarré avec un pyjama), Marcy Szwarburt a choisi de raconter une nouvelle histoire sur base d’un monoproduit : le vêtement de nuit en popeline, satin de coton, coton Oxford ou coton velours, des matières italiennes de qualité coupées avec style et brodées d’un double M.

La particularité de nos pyjamas – une appellation que je préfère à slumberwear parce qu’elle est simple et authentique, comme l’est notre démarche –, c’est qu’ils sont conçus comme des chemises d’homme classiques. Suffisamment élégants pour être portés le jour, ils se glissent sous un manteau pour promener le chien ou pour aller chercher le pain en toute élégance. Quant à la robe de chambre, elle se porte tant à l’intérieur qu’en soirée avec la ceinture nouée dans le dos dans l’esprit du trench seventies. Ce qui guide mon travail, c’est ma passion pour les matières et mon envie de raconter des histoires !

À l’inverse des produits de fast-fashion qui ne durent qu’une saison, les pièces en coton Maison Marcy se patinent et s’ennoblissent avec le temps. Les boutiques les plus chics du monde (Le Bon Marché et Merci à Paris, Bloomingdales à New York, Luisaviaroma à Florence ou encore Moss & Bross à Bruxelles) ont succombé à l’esprit glamour et nonchalant de cette tendance qui, au final, entend juste revenir aux fondamentaux de l’élégance. Et si c’était ça, la vraie modernité ? www.forrestlesssleepers.com, www.maisonmarcy.com, www.monsieurmaison.com

5 conseils pour tenter 
le slumberwear

• 
Démarrez “soft” en portant votre dessus de pyjama comme une chemise avec un jeans et des baskets blanches. Déboutonnez-le assez largement pour accentuer le côté cool et sexy du look.

• 

Vous voulez oser le pyjama complet ? Les dames l’accessoiriseront avec des derbys vernis ou des escarpins, un long manteau classique et quelques jolis bijoux. Les hommes miseront sur un gros cardigan et des mocassins.

• 
N’hésitez pas à transformer votre robe de chambre en manteau. Le détail qui tue : la ceinture nouée négligemment dans le dos. Nos préférées : celle en velours bleu nuit de Maison Marcy et les peignoirs en soie vintage de Monsieur Maison.

• 
L’humour est le meilleur ami du slumberwear ! Alors, jouez : nouez une chemise autour de la taille version très cool ou enfilez une veste de costume (voire de smoking) sur un pantalon de pyjama.

• 
Clin d’œil enfin avec ce dernier conseil, de Marcy Szwarburt : si vous sortez en pyjama, n’oubliez pas d’emmener votre chien, l’accessoire ultime pour assurer !