PARTENAIRE | Vins de Bordeaux

Non, tous les Bordeaux ne sont pas chers!

La flambée des prix des grands crus classés de Bordeaux a engendré de la confusion dans la tête des consommateurs. Or ces vins ne représentent que 3 % de la production dans le Bordelais. Et de bons Bordeaux, il en existe déjà entre 5 et 15 €…

Entre le Bordeaux et la Belgique existe une véritable histoire d’amour et de tradition. Notre pays est le premier pays européen d’exportation en volume de vins de Bordeaux avec 194.300 hectolitres (26 millions de bouteilles) entre juillet 2016 et juin 2017 ! Le Bordeaux reste ainsi le vin le plus consommé par les Belges même si ce leadership s’était érodé, il est vrai, ces dernières années avec une baisse de la consommation et des exportations. Mais depuis le début 2017, ils sont repartis à la hausse. Une embellie due, incontestablement, à l’effet millésime.

« Le public belge est exigeant et connaisseur, reconnaît Allan Sichel, le président du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Et chez vous, l’effet millésime joue en plein. Après trois années compliquées, 2014 annonçait une embellie. Les vins millésimés 2015 sont de haute tenue, très solaires. C’est une excellente année. Les 2016, à mes yeux, sont encore meilleurs. Ils révèlent une puissance insoupçonnée et une fraîcheur incroyable. Ce sont des vins très profonds mais avec beaucoup de fruité et de croquant. Et 2017, malgré le gel, devrait être de bonne qualité.»

La locomotive cache le train

Un élément a joué en défaveur des vins de Bordeaux : les prix. Ou plutôt la perception des prix. Le grand public entend surtout parler des grands crus classés et de leur inaccessibilité. Même si elle joue un rôle indéniable dans la promotion des vins de Bordeaux, cette locomotive cache le reste du train. « Les cas spécifiques ne font pas des généralités, ironise Allan Sichel. Nous sommes fiers de ces grands crus mais ils représentent moins de 3 % de la production. Dans la gamme des vins entre 5 et 15 €, le rapport qualité/prix de nos vins est extra. Ce sont ces vins-là que nous voulons valoriser. Notamment en Belgique avec des événements comme ‘Eat! Brussels, Drink! Bordeaux’ qui met notre diversité en lumière.»

Avec les millésimes 2014 et 2015 (et l’an prochain, le 2016), le Bordelais propose en effet de très belles choses à des prix abordables. Notamment dans des appellations moins connues comme les bordeaux supérieurs à découvrir dans cette vidéo, les Blaye côtes de Bordeaux, etc. Des vins qui méritent d’être (re)découverts.

De nouvelles tendances

L’autre critique envers les vins de Bordeaux conduit à la patience dont il faut faire preuve avant de les déguster. Là aussi, le changement est notable. Amplifié par le départ à la retraite du critique Robert Parker qui a sonné la fin des vins trop concentrés. Désormais, la nouvelle génération des vignerons bordelais produit des vins authentiques, beaucoup plus souples, frais, gourmands et à déguster tout de suite. C’est une vraie révolution qui n’empêche pas les vins de bien vieillir. Autre tendance : le retour dans les assemblages de vieux cépages oubliés comme le petit verdot ou le carmenère. Et ça aussi, c’est une bonne nouvelle.

Pour découvrir toute la diversité des vins de Bordeaux, suivez les aventures d’Andy et Dominique dans le Libournais.