Ce nouveau comportement adopté par les jeunes agite le monde du travail

Le quiet vacationing est la dernière pratique apparue sur le marché du travail. Elle consiste à prendre des congés sans prévenir son supérieur. Mais derrière ce qui s'apparente à une pratique mensongère se cache une toute autre réalité. Explications. 

Par Audrey Morard. Crédit photo : Unsplash/Tyler Franta |

Depuis la crise sanitaire, le monde du travail ne cesse de se transformer. Le télétravail a considérablement gagné du terrain. Des données publiées le 31 mai dernier par le Service Public Fédéral Mobilité et Transports indiquent que la part des télétravailleurs a doublé entre 2018 et 2023. Elle est en effet passée de 18% en 2018 à 33% cinq ans plus tard. De nouvelles pratiques ont aussi vu le jour à l'instar du "quiet quitting" ou du "loud quitting". Mais actuellement, c'est un nouveau phénomène qui ne cesse de faire parler de lui. Son nom ? Le "quiet vacationing" que l'on peut traduire par "vacances tranquilles". 

Zoom en vidéo sur la méthode JATO qui permet de débloquer un temps précieux au quotidien : 

Une tendance adoptée par les millenials

Si le "loud quitting" consiste à ne plus s'impliquer dans son travail sans s'en cacher, le "quiet vacationing" propose de prendre des congés sans prévenir ses supérieurs et ses collègues. Cette tendance est apparue suite à une étude menée par Harris Poll survey auprès de 1170 travailleurs américains et publiée en mai dernier. On apprend que 4 personnes sur 10 prennent des vacances sans avertir leur hiérarchie. Ce sont principalement les millennials, c'est-à-dire les personnes nées entre le début des années 1980 et la fin des années 1990. 

Les personnes adoptant le "quiet vacationing" ne préviennent pas leur entourage professionnel, mais vont donner l'illusion de travailler. Un article du journal britannique The Guardian explique que certains individus planifient des mails à l'avance pendant et en dehors des heures de travail, bougent la souris de leur ordinateur pour faire croire qu'ils sont actifs sur la messagerie professionnelle... 

Trouver des moyens innovants pour équilibrer vie pro et perso

On pourrait croire que cette nouvelle tendance du monde professionnel vise à tromper son employeur. En réalité, il n'en est rien. 83% des personnes interrogées dans le cadre de l'enquête de Harris Poll survey estiment être satisfaites de la politique de vacances de leur entreprise. Elles pointent en revanche la non possibilité de pleinement utiliser leurs jours de congés. En cause ? La peur de ne pas pouvoir régler les dossiers en temps et en heure, une pression que l'on se met soi-même, une charge de travail trop importante, la crainte de passer pour une personne paresseuse et insuffisamment impliquée... Ces "vacances tranquilles" sont donc l'occasion de prendre un peu de temps pour soi, même s'il y a toujours l'obligation de devoir être actif ne serait-ce que pour bouger la souris de son ordinateur. Le mot tranquille est donc relatif...

Dans les colonnes d'Euronews, Libby Rodney, directrice de la stratégie chez The Harris Poll, analyse : "Cette tendance met non seulement en évidence le malaise des employés face à la déconnexion, mais illustre également une tendance plus large d'une génération à trouver des moyens innovants d'équilibrer vie privée et travail. Dans un climat marqué par des licenciements répétés et une incertitude économique, les salariés optent de plus en plus pour des 'vacances tranquilles' pour préserver leur sécurité d'emploi". 

Une déconnexion de plus en plus compliquée 

En 2024, la frontière entre vie professionnelle et vie privée semble donc plus floue que jamais. Des personnes ne peuvent s'empêcher d'aller consulter leur boîte mail professionnelle en dehors de leurs heures de travail (y compris le week-end) pour savoir si leur supérieur leur a écrit ou si une réponse est arrivée. On peut parler de FOMO professionnelle, c'est-à-dire la peur de manquer quelque chose dans la sphère professionnelle. Valérie Cooreman, psychologue à Ixelles et au centre médical St Henri à Woluwé St Lambert, nous expliquait : "Les outils technologiques s’invitent en dehors des frontières du lieu de travail et avec l’avènement du télétravail, se déconnecter de la sphère professionnelle devient de plus en plus difficile. Les gens ont d'ailleurs davantage de mal à décrocher de leur travail durant les vacances. Cette tendance ressemble de plus en plus à une pente glissante". 

Pour éviter que le professionnel n'empiète trop sur le personnel, prenez le temps de déterminer quelles sont vos limites au travail, d'échanger avec vos supérieurs et vos collègues sur les jours de congés pour ne pas culpabiliser. Libby Rodney suggère également aux entreprises "de créer des processus de demande de congés transparents et simples pour atténuer l'anxiété liée à la demande de congé. Des politiques de vacances obligatoires et le rappel trimestriel aux employés de leurs congés peuvent contribuer à réduire la culpabilité et à positionner les vacances comme un acte de responsabilité plutôt que comme un manque de respect pour leurs tâches". 

Ne manquez plus aucune actualité lifestyle sur sosoir.lesoir.be et abonnez-vous dès maintenant à nos newsletters thématiques en cliquant ici.