Comment déguster le champagne en pleine conscience ?

Boire en pleine conscience, qu’est-ce donc ? C’est simplement une manière de savourer le champagne qui privilégie la lenteur et sollicite les cinq sens… Un voyage particulier. On vous emmène.

Ingrid Van Langhendonck |

Dans nos vies surmenées, on note aujourd’hui un retour à la nourriture saine, aux aliments non transformés et à une autre forme de consommation. Dans ce contexte, certains ont également développé diverses expériences autour du mindfullness. C’est le cas de Caroline Baerten, sommelière, nutritionniste et propriétaire du restaurant et rendez-vous botanique humus x hortense à Ixelles. Cette prêtresse des saveurs, en quelque sorte, s’est intéressée au champagne.

« Avez-vous remarqué que le champagne est souvent le seul vin que l’on n’aborde pas comme un vin ? Au restaurant, lorsque vous commandez un vin rouge, même un petit vin du patron, vous le respirez avant de le goûter. Ce n’est presque jamais le cas du champagne. On le boit en mode festif sans vraiment le savourer. Pour des vins comme ceux qui seront débouchés ce week-end, on ne pouvait pas se contenter de cela. Je suis historienne de l’art de formation. Tout ce qui touche à l’excellence, à la perfection de l’exécution afin de pouvoir atteindre les gens et leur procurer des émotions, c’est cela qui m’inspire.»

Poser son oreille sur un verre de champagne…

Les bulles exceptionnelles méritent que l’on ouvre un peu ses chakras pour les apprécier pleinement. C’est un voyage polysensoriel dans lequel nous emporte Caroline Baerten, guide éclairé. « Nous commençons simplement par quelques exercices pour reconnecter chacun à ses propres impressions et à ses cinq sens. Sentir ses pieds ancrés dans le sol, prendre conscience de son corps… Ensuite, nous abordons le vin. Ici aussi, avec nos cinq sens : nous l’observons d’abord. Le ballet des bulles procure une sorte d’apaisement hypnotique. Ensuite, nous l’écoutons ! Rares sont les gens qui ont déjà posé leur oreille sur leur verre de champagne. Et pourtant, je vois à chaque fois des sourires spontanés apparaitre sur le visage de ceux qui entendent ce bruissement pour la première fois. Rien de ce que nous faisons n’est compliqué ou n’exige de connaissance particulière sur les méthodes de méditation. Il faut juste ralentir le cours des choses pour sentir le moment présent… »

Vient ensuite la dégustation, qui commence évidemment par la respiration. La minéralité du champagne se fait ressentir : l’odeur de caillou, le chaud, le froid, les fruits, la terre, … suivis d’une gorgée toute en retenue afin de ressentir une à une les différentes sensations organoleptiques.

Vous l’aurez compris, nous vous recommandons vivement cette petite expérience, facile à reproduire chez soi, car cela ne demande qu’un peu de patience et de curiosité… Prenez donc juste le temps d’une dégustation digne de ce nom, en y associant un maximum de sens, afin de décupler le plaisir.