Huit lieux insolites où se promener à Bruxelles

Enfin, c’est le retour des beaux jours et des envies de sortir ! Pour fêter ça, on vous propose huit lieux inédits à Bruxelles pour se promener et profiter du beau temps et des trésors de la ville ! Entre parcs secrets et pépites cachées, tout y est !

Mathilde Trocellier. Photos : Instagram / @belgotours ; @heura4 ; @instabymarc ; @_t.h.e.r.e.s.e_ ; @kav_adri ; @welovebrussels ; @anneso_vhd ; @amotherinthecity |

Flâner dans les rues des Marolles

Quartier populaire qui attire pourtant tout le monde, le quartier des Marolles est l’un des plus artistiques. Avec ses fresques pleines de couleurs et ses boutiques et brasseries, on s’y sent comme chez soi, peu importe d’où l’on vient. Ici, le temps s’arrête pour laisser à chacun le loisir d’admirer les vitrines des antiquaires ou l’architecture des bâtiments, comme figés dans un temps oublié.

 

 

Admirer l’Art Nouveau à Ixelles

L’Art Nouveau est florissant à Bruxelles. On ne compte plus les façades qu’il est possible d’admirer dans la ville. S’il est possible de visiter les demeures relevant de l’Art Nouveau, les admirer de l’extérieur est aussi un plaisir pour les yeux. La rue Defacqz à Ixelles est donc à ne pas louper, avec ses trésors de l’Art Nouveau que sont l’Hôtel Ciamberlani et la Maison Hankar.
Ces deux bâtiments, conçus par l’architecte Paul Hankar, présentent un Art Nouveau très géométrique, avec un usage des fresques qui rajoute au grandiose des façades ! Ici, pas besoin de visites pour admirer, il suffit de traverser la route pour détailler les beautés des façades.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Maison Paul Hankar,built in 1893

Une publication partagée par Jordi (@heura4) le

 

Découvrir l’impasse du Val des Roses

Cachée en plein centre de la ville, l’impasse du Val des Roses est un reste d’une vieille rue médiévale. Aujourd’hui, ce cul-de-sac attire les regards par sa fresque en trompe-l’œil qui représente l’orée d’une forêt plus vraie que nature. De quoi donner envie de s’échapper en-dehors de la ville et de retrouver l’air frais des forêts et des parcs !

 

 

Méditer au cimetière de Dieweg

Bien qu’il soit un cimetière, le cimetière de Dieweg est un paradis naturel. Désaffecté depuis 1958 et classé depuis 1997, la nature y a repris ses droits. Grimpant sur les tombes, les surplombant, la végétation est florissante dans ce parc, ce qui rajoute au charme des monuments et des tombeaux. Si flâner dans un cimetière n’est pas toujours attirant, celui-ci semble être habité par des êtres de la forêt, le visiteur a l’impression d’être entré dans un nouveau monde en franchissant les portes.
Et pour rajouter au mystique de ce cimetière, c’est ici que se trouve la tombe du célèbre Hergé.

 

 

Se balader dans le Parc Malou

Plus ancien et plus grand parc de la commune de Woluwe-Saint-Lambert, le parc Malou rassemble un étang où barbotent quelques canards, mais aussi une grande forêt à la végétation florissante avec notamment de très vieux arbres comme un marronnier, un catalpa, un liriodendron etc.
Avec son Châlet Malou, le parc est parfait pour accueillir les visiteurs et leurs enfants : une plaine de jeux est d’ailleurs accessible pour les petits. Les adeptes du vélo pourront aussi se balader sur les chemins pavés.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#parcmalou #park #spring #brussels #brusselspark #springinbrussels

Une publication partagée par Ada K (@kav_adri) le

 

Profiter des étangs Mellaert et de la Vallée de la Woluwe

Les époux Mellaert reçoivent en 1897 un terrain avec deux étangs en échange de leur propriété située sur l’actuelle avenue de Tervuren et de ses parcs. Ceux-ci sont créés pour relier le Cinquantenaire au Domaine Royal de Tervuren, accueillant l’exposition universelle.
Les terres reçues par les époux sont agricoles et demandent du travail : l’architecte français Emile Lainé est chargé de transformer ces espaces en jardins à l’anglaise.
Aujourd’hui bien connus des promeneurs, les étangs du parc sont entourés d’arbres exceptionnels (dont un érable rouge, un chêne bicolore, un séquoia géant) et sont également sur la route des oiseaux migrateurs. Longeant la vallée de Woluwe, la rivière fait partie du paysage, et s’offre sous un nouveau jour dans cette balade inédite !

 

 

Changer d’air dans la Vallée de la Pede

Pour changer d’air et sortir de la ville et de ses immeubles interminables, la Vallée de la Pede est l’endroit où aller. À quelques arrêts de tram de la ville se cache en effet une longue promenade dans un vallon et un plateau brabançon, avec des oiseaux, des batraciens, une roselière, un moulin etc.
Ici, plus d’habitations, seulement la plaine. En temps normal, il est possible de se reposer dans les restaurants-brasseries ou de s’installer dans la plaine pour laisser les enfants jouer, mais tant que ceux-ci sont fermés, on profite simplement de la nature environnante. 

 

 

S’extasier dans les Jardins du Fleuriste

Construits à la demande de Léopold II, les Jardins du Fleuriste sont divisés en quatre parcs : le parc Sobieski (le fruitier royal), le Jardin Colonial (où faire pousser les plantes exotiques ramenées du Congo), un parc où sont cultivées les fleurs qui décorent les demeures royales, et un dernier parc aménagé en parc d’agrément.
Aujourd’hui, ce parc méconnu reste l’un des plus beaux de la ville par sa végétation et son exotisme. Pour se promener, pour emmener ses enfants ou pour s’installer et lire un moment, le parc sait plaire à tout le monde. Parfait pour une promenade printanière, il saura émerveiller les curieux.

 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :