IMPACT festival : quand l’art de la scène rencontre la technologie

Pour sa troisième édition, le festival IMPACT redéfinit la relation entre le théâtre contemporain et les innovations technologiques jusqu’au 24 novembre. 

PAR ZAHRA BENASRI |

Le théâtre innovant 

International Meeting in Performing Arts & Creative Technologies, c'est le nom complet qui se cache derrière l'appellation IMPACT. Pour la troisième année consécutive, ce projet européen porté par Jonathan Thonon qui est l’artisan et responsable de cette œuvre, pose ses valises entre Aachen, Eupen, Hasselt, Liège et Maastricht. La zone Euregio-Meuse-Rhin accueille ce festival entremetteur de la rencontre entre la technologie et l’art de la scène. Les formats visuels sont différents pour vivre une expérience sensorielle inédite. Le théâtre n’a jamais été aussi phare et essentiel qu’au travers ces procédés futuristes.
 

La pointe visible de l'iceberg

Le festival en soi est une infime partie visible d’un projet assez multiple alliant création et formation créant une émulation autour des arts, des sciences et des technologies. Jonathan Thonon responsable du projet disait : « Le projet IMPACT nous a permis de mettre le pied dans quelque chose qui aujourd’hui devient véritablement un écosystème des industries culturelles créatives dans lequel le théâtre à un rôle à jouer ». Durant l’année, des entreprises technologiques et des artistes dialoguent sur des concepts où leurs idées diffèrent. Jonathan Thonon l’illustre en ces mots : « Le mouvement pour un physicien et le mouvement pour un danseur sont deux choses différentes ! ». Ainsi, deux mondes qui ne parlent pas le même langage apprennent à s’apprivoiser. Des entreprises d’innovations contribuent alors à développer la créativité. 
 

Le théâtre ça existe encore ? 

« Le théâtre a-t-il besoin de la technologie pour continuer d’exister ? ». Lorsqu’on pose la question à Serge Rangoni, responsable du théâtre de Liège, il sourit en répondant : « Nous sommes dans des innovations technologiques au quotidien, et ici on montre ce que ça peut donner aussi sur scène dans des formes de spectacles inattendues et surprenantes comme via les techniques de réalité virtuellle…». Le théâtre classique selon M. Rangoni aura toujours sa place. Il évoque le théâtre comme étant une expression directe qui existe dans le monde entier et qui émerge naturellement. Le théâtre n’est pas un art qui disparait car « on n’a jamais eu autant de spectateurs dans le monde qu’aujourd’hui, il y a des théâtres partout» ajoute-t-il. Les codes du théâtre évoluent simplement. 

A découvrir notamment ce week-end parmi les performances :

  • DAIDALOS de Franck Bovet à Eupen

C’est à Eupen que le festival est inauguré avec le projet musical Daidalos créé par le musicien et musicologue Franck Bovet. Depuis, quelques années maintenant ce projet de concerts interactifs sous forme de jeu, où une application donne la possibilité au public de diriger les musiciens. La performance est un véritable jeu que mènent les spectateurs. 
Vendredi 8 Novembre, Alter Schlachthof, Eupen à 20h00.

 

  • PHOENIX d’Eric Minh Cuong Castaing/Shonen 

Ce spectacle mis en scène par le chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing et sa compagne Shonen, fait danser avec la technologie. Le mouvement d’un danseur entre en relation avec une machine sur scène, une espèce d’entité désincarnée présente autant dans les ciels métropolitains, mais aussi dans les espaces de guerre. Ainsi, des danseurs de Gaza réagissent en live via Skype et montrent leurs danses comme leur art de résistance. 
Samedi 9 Novembre, CCHA/cultuurcentrum, Hasselt à 20h00.
 

Retrouvez toutes les dates, performances, expositions et débats du festival ici

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi: