JO de Paris 2024 : pourquoi vous devriez encore attendre pour réserver votre logement

Vous n'avez pas encore loué d'hôtel ou de Airbnb pour votre séjour aux Jeux olympiques ? Il semblerait que les prix ne fassent que diminuer, contredisant toutes les conjectures.

Par Camille Vernin, Photo : Unsplash |

Moins de 100 jours avant les Jeux olympiques de Paris 2024. Un grand retour en France après un siècle puisque la dernière édition avait eu lieu en 1924. L'événement prestigieux réunira les athlètes du monde entier, dont notre athlète belge Vincent Vanasch que nous avons rencontré il y a quelques semaines à peine,  pour concourir dans toutes les disciplines possibles du 26 juillet au dimanche 11 août 2024. Beaucoup se réjouissent de voir les Jeux se tenir tout près de chez eux. Ce sera l'occasion d'admirer l'épreuve d'escrime dans un Grand Palais complètement transformé pour l'occasion, ou encore d'admirer les épreuves équestres en plein milieu des jardins du Château de Versailles. L'emblématique esplanade des Invalides offrira à l'épreuve de tir à l'arc un cadre des plus prestigieux. Pendant ce temps, d'autres demeurent sceptiques face aux défis logistiques et financiers que représente un événement de cette envergure.

Qu'est-ce que le rucking, ce sport militaire qui agite les réseaux sociaux ?

Qu'on les aime ou qu'on ne les aime pas, les Jeux olympiques feront immanquablement parler d'eux cet été. Beaucoup ont pris leurs billets bien à l'avance, d'autres profitent de la plateforme de revente en ligne "Paris 2024 tickets" pour acheter ou échanger leurs places. Pour beaucoup de touristes férus de sport, il s'agira de réussir à se loger dans la capitale française. Alors que l'on prédisait une explosion du prix des logements, c'est l'opposé qui est en train de se produire.

La loi de l'offre et de la demande

Le Monde a récemment consacré un article sur le sujet. Dans celui-ci, l'hebdomadaire explique que l'offre d'hôtels et de locations Airbnb pendant les JO est tellement abondante que les prix ne cessent de baisser. En effet, ce sont près de 145 000 logements qui ont été mis en location sur la plateforme pour la période des Jeux olympiques et paralympiques. Il n'y en a d'habitude que 65 000 pour la même période. Résultats : les logements se remplissent difficilement. L'offre devient plus importante que la demande, et les tarifs demandés sont donc en recul. 

Les professionnels estiment ainsi qu'une location de gamme moyenne pour un séjour de courte durée à Paris se paie 1,5 fois le prix habituellement pratiqué à la même période, et non plus 2,5 fois comme c'était le cas à l'automne. À titre d'exemple, un studio du 20e arrondissement qui se loue entre 60 et 100€ la nuit habituellement, se loue aujourd'hui entre 100 et 150€ pendant la période des JO. Une réalité qui n'échappe pas aux biens haut de gamme. Alors que l'on espérait une multiplication du prix par 8 ou par 9 en août 2023, elle serait plutôt de l'ordre de 3 à 4. Il faut donc débourser 1000€ pour une nuit dans un 100 mètres carrés du très chic 16e arrondissement, contre 350€ en temps normal.

Des prix qui déjouent les spéculations

Et les prix devraient encore diminuer selon les prédictions. Sur Airbnb, le taux d'occupation ne s'élèverait qu'à 20 % ou 25 %. Un chiffre qui déjoue toutes les prédictions qui avaient été faites en amont des Jeux. Ce chiffre s'explique aussi par le grand nombre de touristes qui attendent le dernier moment en espérant effectivement voir les prix diminuer en last minute. D'autant que de nombreux hôtels et propriétaires d'Airbnb avaient fait exploser les prix, convaincus que leurs chambres partiraient fissa au plus offrant. Pourtant, selon les estimations, près d’un Français sur deux, spectateur des JO, n’a pas encore réservé son logement. Autre explication : une grande partie des visiteurs attendus - que l'on estime à 16 millions - seront hébergés chez des amis ou de la famille présente à Paris ou dans les autres villes organisatrices comme Lille, Bordeaux ou Marseille. 

Contrairement aux idées reçues, les propriétaires de Airbnb ne feront donc pas fortunes grâce aux JO, ils s'enrichiront un peu plus que d'habitude tout au plus. Idem pour les hôtels, où le prix moyen d'une nuit est passé de 447€ en octobre, puis à 351€ en janvier, et est descendu jusqu'à 340€ en mars. Le mieux semble donc de réserver son logement dès maintenant ou dans les prochaines semaines, juste avant un potentiel pic de locations de dernière minute. 

Ne manquez plus aucune actualité lifestyle sur sosoir.lesoir.be et abonnez-vous dès maintenant à nos newsletters thématiques en cliquant ici.