La céramique belge cartonne sur nos tables

Elle n’a jamais autant été en vogue, la céramique est à la fois authentique, écologique et hypercréative. Rencontre avec une artiste belge qui sublime cet art ancien

Agnès Zamboni, Photos DR |

L'art de la table à la belge

Marie Brisart réinvente l’art de l’utilitaire à travers des collaborations avec de nombreux restaurants, le travail personnel de Marie Brisart a évolué vers une plus grande confiance en son style épuré et minimaliste. Une signature, façonnée au tour de potier, aux accents japonisants, et qui compte désormais dans le domaine des arts de la table belges.   

« J’ai tâté la terre, très jeune, pratiqué divers métiers sans plaisir, pataugé et abordé une remise en question, avant de retourner à la terre qui m’a toujours attiré », explique Marie Brisart. Depuis 7 ans, cette potière assure, toute seule, la création et la production, jusqu’à 60 pièces dans ses fours : « J’ai surfé sur la vague de l’artisanat qui se développait dans tous les sens ». Côté formation, elle notamment suivi les cours de l’Académie des Beaux-Arts de Boisfort et s’est surtout imposée « une pratique quotidienne très soutenue et beaucoup d’entraînement ».  

La simplicité, les formes basiques, c’est tout ce quelle aime. Elle sait qu’il faut rester concentrée sans trop se laisser influencer par toutes les informations qui transitent notamment sur les réseaux sociaux. Le choix des lignes essentielles, elle le poursuit en l’enrichissant avec des émaux, fabriqués par ses soins et concoctés à partir de poudres minérales, d’oxydes de fer. « Le travail de la couleur est un savoir-faire qui réclame précision et patience et qui passe par de nombreux essais. Parfois, j’ouvre le four et c’est raté. Tout part à la poubelle ».

 

Pour toutes les tables

« Je travaille essentiellement le grès, des terres belges, des Ardennes et aussi venues d’Allemagne, surtout pour les restaurants car ces dernières sont très résistantes.
Les collaborations avec les restaurants sont très valorisantes. Pour eux, je recherche toujours une idée originale, un émail qui change, un grain, une anse, un détail, car il se passe toujours quelque chose dans la matière… Mes créations font partie intégrante de véritables mises en scène
».

De la table d’Ötap, près de la place du Châtelain à celle du 203 de Saint-Gilles, à Bruxelles, en passant par le bistrot étoilé Racine, à Braine-le-Château, près de son atelier situé à Hennuyères, dans la région de Tubize et Ittre, on dîne et on déjeune dans des assiettes de Marie Brisart. Et depuis 4 ans, elle collabore avec la designer Marina Bautier qui a créé sa ligne d’arts de la table. Grâce à cette association, elle est sortie de sa zone de confort. « Je sentais que je pouvais lui faire confiance notamment, dans le choix d’un émail de couleur chocolat, qui ne faisait pas vraiment partie de ma palette de couleurs habituelles ».

En janvier 2021, Marie Brisart ouvrira à Bruxelles un espace galerie dans l’îlot Sacré, Petite Rue des Bouchers. Le succès est assuré au vu de ses ventes privées en ligne qui sont dévalisées en quelques jours

 

 

www.mariebrisart.com

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.