La vaisselle en bambou est-elle dangereuse pour notre santé ?

Ce lundi 27 janvier, le magazine 60 millions de consommateurs lance une alerte santé. Plus écologique et naturelle que ses homologues en plastique, la vaisselle en bambou fait partie des grandes tendances du moment. Mais est-elle aussi saine que l’on pense ? 

CAMILLE BERNA. PHOTO : kazuend on Unsplash, berceuse magique on Pinterest |

En cuillère, fourchette, assiette ou encore en « lunch-box », on retrouve désormais le bambou sous toutes les formes. Dans une démarche de solution écologique, il s’impose comme la parfaite alternative au plastique. Mais est-il sans risque pour la santé ? Une récente étude menée par le magazine français 60 millions de consommateurs nous prouve que la vaisselle en bambou n’est pas aussi inoffensive que l’on pense… 

Une transformation dangereuse pour la santé

Le bambou n’est pas utilisé pur, comme peut l’être le bois. Pour créer de la vaisselle, il est nécessaire qu’il soit aggloméré. Pour cela, il faut un liant, généralement de la mélamine. Normalement inoffensive, si celle-ci est de mauvaise qualité, elle peut devenir toxique pour nos reins. Autre inconvénient, une fois exposée à la chaleur, cette substance est également susceptible de transférer des composants cancérigènes dans nos aliments. Et, plus la vaisselle est utilisée avec des produits chauds, plus la quantité d’éléments nocifs augmente ! Mi-novembre, l’Institut fédéral allemand d’évaluation toxique des risques (BfR) avait déjà pointé du doigt la dangerosité potentielle des mugs, tasses et autres récipients en bambou dans une étude. Elle soulignait qu'elle ne devait pas être utilisée pour les boissons chaudes ou pour les repas chaud, en particulier chez les enfants. Il vaut mieux privilégier les récipients en verre, en acier inoxydable, en porcelaine ou encore polypropylène, et n’utiliser les récipients en bambou que pour des aliments froids. 

« Alors que le bois peut être un matériau unique, par exemple taillé en forme de cuillère ou de saladier, le bambou est utilisé sous forme de fibres ou de poudre, nécessitant donc d'être agglomérées pour aboutir à une fourchette, une cuillère ou une assiette », explique Anne Lafourcade, ingénieure en santé environnementale, au magazine 60 millions de consommateurs.

 

Une fin de vie pas si écologique…

Victime de son succès, la demande de bambou ne cesse d’augmenter. Et même si il est plus écologique que le plastique, son exploitation massive et industrielle risque de le rendre néfaste pour l’environnement. Si les fibres de bambou naturelles se dégradent naturellement avec le temps, la vaisselle, elle, perdurera dans la nature pendant de très longues années. La mélamine qu’elle contient n’est pas biodégradable, un constat bien regrettable qui va à l’encontre de ce que les marques nous vendent… 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :