Les maisons horlogères au temps des bâtisseurs

Quand les meilleurs architectes contemporains mettent leur talent au service des Maisons horlogères, de très beaux édifices voient le jour.

Par Magali Eylenbosch. Photos : D.R. |

Pour parler de ses horlogers, Ebel utilisait comme surnom « Les architectes du temps ». Une métaphore qui a pris tout son sens. Pour les grandes Manufactures, il ne s’agit pas seulement d’ériger un bâtiment pour faciliter le travail des unités de gestion, de création ou de production. L’architecture est avant tout une question de prestige, de signature, et d’image de marque,  pour un secteur où le luxe, le savoir-faire, la tradition se doivent de donner la main à la modernité. Le choix d’un architecte n’est pas le fruit du hasard. Sa notoriété permet à la Maison d’y faire référence lorsqu’elle reçoit un client ou un ambassadeur.

Les marques les plus prestigieuses ne rechignent plus à ouvrir leurs portes. Donnant ainsi l’impression de partager les secrets les plus précieux dans de nouveaux lieux, souvent très lumineux, où il fait bon vivre et travailler. Aujourd’hui, les Manufactures veulent aussi être à la pointe de ce qui se fait de mieux en matière d’écologie. Une manière somme toute très subtile de prouver que leur activité s’inscrit dans la pérennité et qu’elles oeuvrent à construire le monde de demain. Toutes ces démarches sont finalement très cohérentes. Quelques Maisons ont ou avaient l’opportunité d’agrandir un bâtiment existant, parfois historique, d’autres ont préféré partir de zéro. Il est loin le temps où les paysans de la vallée de Joux se sont tournés vers l’horlogerie pour s’occuper pendant l’hiver et travaillaient à la lumière naturelle dans de petits ateliers situés le plus souvent au-dessus des étables.

Cartier donne le ton

La Maison a, encore une fois, fait figure de pionnière en matière d’architecture industrielle en associant son nom, dès 1992, à Jean Nouvel pour l’unité de Villeret Saint Imier. Pourtant elle ne figure pas en tête des marques qui communiquent facilement sur leurs infrastructures. Préférant mettre le produit fini en avant. Sa collaboration avec ce ténor des bâtiments modernes ne s’arrêtera pas là.

Après avoir séjourné pendant dix ans à Jouy-en-Josas, près de Versailles, la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain s’est installée en 1994 dans le « cadre » aérien de verre et de métal qu’il a imaginé pour elle. Jean Nouvel a ainsi relevé le défi de réunir, en plein Paris, un vaste espace de salles d’exposition et six étages de bureaux. Cartier fera encore un pas de plus dans cette voie avec la Manufacture de Suzanne Kaussler en 2001, au Crêt du Locle. Situé à quelques encablures de la Chaux-de-Fonds, le site est devenu mythique dans l’univers horloger, et une extension a déjà été rajoutée au bâtiment principal.

L'ancien et le nouveau 

Chez Greubel Forsey, tradition et modernité sont intimement liées et font partie intégrante des valeurs de cette Manufacture qui a fait des grandes complications son cheval de bataille. En octobre 2009, la marque a inauguré ses locaux de la Chaux- de-Fonds. Une ferme du 17e siècle, restaurée par Gilles Tissot, donne la réplique à une manufacture moderne, imaginée par par l’architecte Pierre Studer. Cet exercice, très particulier, était la condition sine qua non imposée par la vente du terrain. Il fallait impérativement rénover et valoriser cette ancienne ferme. L’une des dernières de la région. Elle accueille désormais l’atelier où l’on travaille les pièces uniques et sert de lieu de réception.

Parallèlement, le nouveau batiment semble littéralement sortir de terre. On a presqu’envie de dire qu’il symbolise l’éternelle « re »naissance de l’horlogerie. Parfaitement intégré dans l’environnement, il s’agit bien évidemment d’une construction passive en matière énergétique.

Une manufacture intégrée

Posée sur les collines qui surplombent le lac de Neuchâtel, en direction de la Chaux-de-Fonds, la Manufacture Panerai occupe un bâtiment d’une surface de 10.000 m2, dont la construction s’est achevée début 2014. Il abrite toutes les fonctions et tous les métiers (plus de 70 en tout) impliqués dans la fabrication de montres. La Maison a fait appel à A&A Atelier d’Architecture (Stéphane Horni et Suzanne Kaussler) pour concevoir un lieu fonctionnel qui permet d’optimiser toutes les phases de la production. Lors de notre visite, nous avons pu constater à quel point l’architecture était en parfaite adéquation avec la philosophie qui sous-tend la Manufacture.

Ici, les maîtres horlogers et les autres artisans hautement qualifiés impliqués dans les diverses activités sont encouragés à prendre des initiatives, à apporter leur propre contribution au continuel échange d’idées, dans le but d’améliorer la créativité globale et d’assurer synergie et efficacité, tant dans les processus de fabrication que dans la communication. Le lieu est également un exemple exceptionnel d’éco-compatibilité. Grâce à l’utilisation des technologies les plus modernes, de la gestion des espaces jusqu’à l’utilisation des ressources, tout a été méticuleusement pensé de façon à respecter l’environnement et réduire les déchets. La qualité de l’engagement d’Officine Panerai en matière d’environnement signifie que la société excède les exigences de n’importe quel organisme de réglementation international, ce que confirme le grand nombre de certifications internationales obtenues par la maison horlogère, mais aussi sa récente admission au sein du Responsible Jewellery Council, l’organisation qui assure la promotion des comportements éthiques et du respect de l’environnement dans le contexte de la production et de la vente de montres et de bijoux.

Omega, le futur en ligne de mire

La marque s’est installée sur le site de Bienne depuis 1882. En automne 2017, elle a inauguré sa nouvelle manufacture et entamé ainsi un nouveau chapitre de son histoire. Destiné à accueillir les processus d’assemblage, de test et de contrôle de qualité de ses montres, le nouveau lieu est le fruit de l’imagination du célèbre architecte japonais, Shigeru Ban. Pour la construction de ce nouvel édifice ainsi que celui destiné à accueillir le quartier général de Swatch, un concours d’architecture a été lancé en 2010. La proposition de Shigeru Ban (qui a déjà réalisé pour Swatch Group le Nicolas Hayek Center et son « Jardin Grimpant » à Tokyo) a été retenue. Ici aussi, place au développement durable.

Entièrement faits de bois d’épicéa suisse et de béton, les cinq étages sont agencés de façon admirablement optimisée afin de fluidifier au maximum un processus de Manufacture entièrement modernisé. Omega a installé dans les bâtiments un système de stockage totalement automatisé qui s’étale sur trois étages. Semblant tout droit sorti d’un film de scienc-fiction et invulnérable au feu, il contient plus de 30.000 cartons remplis des composants nécessaires pour fabriquer les montres de la Maison suisse. Le bâtiment a été conçu pour accueillir notamment les processus de contrôle qualité et technique de la Maison, dont les tests METAS pour la certification Master Chronometer. C’est là que les montres sont certifiées répondre à l’un des standards les plus exigeant en termes de précision, de performance et de résistance antimagnétique.

Swatch, un navire amiral

C’est à Bienne, dans son nouveau quartier général, en compagnie d’une centaine de journalistes internationaux, que Swatch nous a donné rendez-vous, en février dernier, pour nous présenter la nouvelle SWATCH FLYMAGIC et lever le voile sur le Nivachron™, un nouveau matériau d’avenir destiné à lutter contre les effets du magnétisme. On en était encore au stade des aménagements dans l’énorme structure porteuse en bois, symbolisant, paraît-il, la forme d’un dragon. Nick Hayek, patron du Swatch Group, a affirmé : « Vous êtes les premiers que j’autorise à pénétrer dans ce bâtiment. » Et quel bâtiment ! L’architecte japonais, Shigeru Ban, a fait des merveilles. Le tout en veillant à avoir le moins d’impact possible sur l’environnement. Nick Hayek explique : « Swatch est un produit entrée de gamme, mais c’est une marque qui a un impact important sur l’industrie horlogère et son histoire. »

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :