PARTENAIRE | MINI

Nathalie conduit sa première MINI Electric

Avec la MINI Electric, la légendaire marque automobile britannique a inauguré une nouvelle ère il y a un an. Mais qu’est-ce que cela fait de conduire une MINI 100 % électrique ? C’est ce que nous demandons à Nathalie. Après avoir dit adieu avec regret à sa première MINI il y a plus de dix ans, elle a acheté une MINI Electric l’année dernière.

Nathalie (33 ans) a été mordue par le virus de la MINI avant même de décrocher son permis de conduire. Avec sa meilleure amie, qui avait une Mini Classic, les jeunes femmes faisaient fureur sur les routes de campagne de la petite commune de Niel. « Quand j’ai eu 21 ans, je me suis également acheté une MINI, poursuit Nathalie. Je travaillais depuis un certain temps déjà et c’était ma récompense. Cette MINI était ma liberté. C’est la période où j’ai commencé à sortir et à explorer le monde. Je travaillais, mais je vivais toujours à la maison, donc c’était en fait la période la plus riche de ma vie (rires). Lorsque j’ai reçu une voiture de société quelques années plus tard et que j’ai vendu ma MINI, j’ai pleuré ! Pour moi, la MINI était synonyme de cette joie insouciante. Et c’est certainement l’une des raisons pour lesquelles je reviens à cette marque aujourd’hui. »

 

Le coup de foudre

Au début de l’année dernière, Nathalie est donc retournée chez son concessionnaire MINI. Devenue directrice de sa propre entreprise, elle avait besoin d’une voiture de fonction, et là, il fallait que ce soit une MINI. La MINI Electric exposée comme modèle dans le showroom allait devenir la sienne. « Je suis entrée, j’ai vu la MINI Electric et j’ai pensé : "C’est la mienne." Le coup de foudre, quoi ! Il s’agit d’un modèle blanc avec un toit panoramique noir. Elle possède également des jantes noires, ce qui est idéal puisque je n’aime pas nettoyer des jantes. » (rires)

Nathalie a choisi une voiture électrique pour plusieurs raisons. En tant que cheffe d’entreprise, c’était fiscalement intéressant, mais il y avait aussi une motivation idéologique. « J’espère que la Terre pourra tenir encore quelques années, et la conduite électrique est certainement un pas dans la bonne direction, juge-t-elle. Personnellement, je suis convaincue qu’on verra bientôt arriver des voitures encore plus écologiques, fonctionnant à l’hydrogène, par exemple. Mais pour développer ces voitures, il faut bien sûr de l’argent. Je considère donc l’achat de ma MINI électrique comme un investissement dans le secteur automobile, afin qu’il dispose de capitaux pour développer des voitures encore plus durables. »

 

Un moment de détente

Pour son travail, Nathalie se déplace principalement sur de courtes et moyennes distances vers Anvers et vers Bruxelles, notamment. Ces distances ne sont pas un problème pour sa MINI Electric. S’arrêter à une station de recharge de temps en temps est même plutôt un plaisir. « Je suis un bourreau du travail et je peux parfois me perdre dans le stress. Depuis que je conduis ma MINI Electric, je dois parfois m’arrêter le long de l’autoroute pour brancher ma MINI à une station de recharge rapide. J’en profite pour boire un café, vérifier mes e-mails et me détendre. C’est un moment pour moi-même. Parfois, je prends aussi le temps de faire des choses que j’ai repoussées, comme appeler ma mère. J’arrive toujours à combler ces moments de manière efficace. »

Comme Nathalie vit dans une maison mitoyenne et que sa place de stationnement se trouve de l’autre côté de la rue, elle ne peut pas recharger sa voiture chez elle. Heureusement, il y a à Niel quelques stations de recharge où elle peut se rendre, bien que cela nécessite également une certaine planification. « Parfois, j’arrive à la borne la plus proche et elle est occupée. Alors, je rentre chez moi et je réessaye plus tard. Lorsque vous conduisez une voiture électrique, vous devez davantage planifier et anticiper. Par exemple, je sais qu’il y a une borne de recharge rapide chez Carrefour et une borne de recharge normale chez Colruyt. Ainsi, lorsque la batterie de ma MINI est presque déchargée, je choisis le supermarché où je vais aller acheter ma tête de laitue en fonction de la proximité avec une borne de recharge. Ma batterie est presque complètement rechargée sur les vingt minutes que je passe à faire mes courses. »

 

Extrêmement puissante

Comme Nathalie conduit beaucoup sur l’autoroute, la batterie peut parfois se décharger plus rapidement. « Si vous conduisez plutôt sur de petites routes, la MINI Electric est la voiture parfaite. Comme je prends surtout les autoroutes, je dois le recharger un peu plus souvent. » En retour, elle bénéficie cependant d’une étonnante puissance. Sa MINI électrique est beaucoup plus nerveuse que toutes les voitures à essence qu’elle a possédées jusqu’ici : « La plupart des gens ne s’attendent pas à ce qu’une MINI électrique soit aussi puissante, mais elle l’est vraiment. Mon ami a toujours conduit des voitures avec des moteurs puissants, et même lui a été impressionné. »

À l’avenir, le couple envisage de faire un voyage à bord de la MINI Electric. L’idée serait de visiter les Pays-Bas, où les stations de recharge sont beaucoup plus nombreuses qu’ici : « Je pense qu’il serait amusant de conduire d’une station de recharge à l’autre et d’explorer la région à chaque fois. Je pense que cela peut nous emmener dans des endroits où nous n’aurions jamais été autrement. Si nous définissons bien notre trajet, cela pourrait être très plaisant. »

 

Vous aussi, vous êtes intéressé(e) par une conduite 100 % électrique ? Pour en savoir plus sur la nouvelle MINI Electric, rendez-vous sur www.mini.be ou faites un essai chez un concessionnaire MINI près de chez vous.