Pourquoi les Italiens sont-ils si forts en mode ?

Pourquoi fait-on tout le temps référence à l’élégance transalpine ? Pour percer le mystère de cette fameuse Italian touch, nous avons passé sur le gril trois experts en style du cru. 

Par Marie Honnay. Photos : DR. |

CLAUDIO MARENZI

 

Directeur de la marque Herno

Seconde génération à la tête d’Herno, Claudio Marenzi est aussi président de la Fédération du textile en Italie. Plongé depuis son enfance dans un bain de mode, l’homme n’a pourtant rien d’une fashion victim. Spécialiste de la doudoune, mais aussi du trench pour hommes et dames, ce businessman très engagé dans les questions de durabilité œuvre au développement de cette entreprise familiale qui vient de fêter ses 70 ans. C’est lui qui, il y a une dizaine d’années, a inventé la doudoune ultra-light, bestseller d’Herno. Pour lui, ce qui incarne le mieux l’élégance masculine, c’est le respect. "Un terme qui, dans notre pays, guide nos choix vestimentaires. Lorsqu’un Italien s’habille, ce qu’il veut, c’est plaire. Et pas qu’aux femmes. L’élégance italienne ne tolère pas l’à-peu-près. Vous pouvez très bien vous passer de cravate à condition que le reste soit parfait. Pour moi, le respect passe par une minipalette de couleurs ( blanc, marine et marron ) et quelques motifs incontournables comme le pied-de-poule ou le prince- de-galles, qui me permettent d’éviter toute fausse note".

 

 

DIEGO ROSSETTI 

Copropriétaire de la maison Fratelli Rossetti

Avec ses deux frères Dario et Luca, il gère l’une des marques de chaussures les plus emblématiques du savoir-faire italien. La société familiale créée par son père en 1953 et connue pour ses souliers réalisés à la main capitalise sur un sens de l’artisanat couplé à une quête constante d’innovation. Un mocassin Fratelli Rossetti se reconnaît à ses piqûres parfaites, aux glands en cuir ton sur ton ou aux dégradés de couleurs qui ornent certains modèles, dont le Brera, modèle iconique de la marque, ou aux versions tressées qu’on porte l’été, sans chaussettes, dans le plus pur style italien. Il nous livre le secret ultime, selon lui, du vrai chic italien : "Aucun des Italiens que je connais, même le plus stylé, ne passe des heures devant son dressing. La force de l’élégance masculine, c’est notre culture vestimentaire. Elle se traduit par un sens inné de l’équilibre. Dès l’enfance, ne serait-ce que par la richesse de notre architecture, nous sommes baignés dans l’idée de beauté. Le bon goût, on naît avec. Les hommes italiens savent ce qui est beau et ce qui leur va. Ils n’ont donc pas besoin d’expérimenter. La seule constante, c’est la qualité. Vous ne nous verrez jamais porter des pièces bon marché. L’homme italien préfère s’afficher avec de beaux souliers, même vieux de plusieurs années, plutôt qu’avec une nouvelle paire trop bling".
 

 

STEFANO OTTONE

Cofondeur de la marque de lunettes Glassing

En tandem avec Alessandro Forte, son complice, Stefano Ottone œuvre au développement de Glassing, une marque de lunettes made in Italy fondée en 2010. Pour les deux Milanais (plutôt beaux gosses), une belle paire de lunettes, qu’elle soit solaire ou d’optique, ne doit en aucun cas passer inaperçue. Matières innovantes, couleurs qui claquent, formes novatrices... Rien ne fait peur à ce duo qui se démarque aussi par son concept de boutiques installées à Portofino, Cannes ou Dubaï. Selon lui, l’accessoire ultime pour assurer comme un Italien, c’est "Porter de grandes lunettes de soleil. En la matière, la taille importe. La couleur aussi. Misez sur le noir, tant pour la monture que pour les verres. Une paire de solaires neuve permet d’upgrader une silhouette très simple composée de pièces qu’un homme possède dans son dressing depuis des années. Pour ma part, je privilégie le noir : c’est chic, c’est masculin, c’est italien ! Notre modèle JP1, un masque très identitaire, campe un look en un instant".
 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :