Que faire de ses plantes quand on part en vacances ?

Quand on a passé du temps à faire de son intérieur un cocon vert, il serait dommage que nos efforts soient gâchés parce qu'on veut profiter de vacances méritées. Nos conseils pour garder nos plantes en forme durant notre absence.

Par Sigrid Descamps. Photos Unsplash, Instagram. |

Que l’on possède seulement quelques plantes ou que notre intérieur rivalise avec les serres royales, une chose est sûre : on tient à ses trésors verts. Mais là, il est temps de prendre quelques jours de congé bien mérités. Coup de stress ? Qui  - ou quoi  - va s’occuper de nos "bébés" ?

Quelques jours avant de partir

Avant de boucler sa valise, on fait le tour de chacune de ses plantes : on regarde si elles sont en bonne santé, on traite et on rempote si nécessaire. Des plantes en forme avant notre absence auront plus de chances de le rester durant celle-ci.

La veille du départ

Si possible, on regroupe les plantes dans une même pièce fraîche, où elles pourront profiter de la lumière. Les mettre dans un même espace favorisera aussi la conservation de l’humidité. On les arrose et vaporise une dernière fois, on ajoute au besoin un peu d’engrais. Surtout, on ne les immerge pas dans de l’eau, l’excès d’humidité pourrait faire pourrir les racines et finir par tuer les plantes ! On oublie donc le vieux truc de mère-grand qui suggère de les installer dans la baignoire dans un fond d'eau!

On est parti…

Le souci majeur de nos plantes quand on part, c’est leur arrosage. Si on part une semaine ou moins, il n’y a pas trop lieu de s’inquiéter. Si le séjour dure plus longtemps, il faut un plan B. L’idéal, c’est une bonne âme – si possible qui partage votre même amour des plantes – qui passe une ou deux fois durant votre absence. Si pas, il existe des solutions « sans humain ».

L’arroseur automatique : un système d’irrigation, soit sur pile soit par système solaire, qui permet de programmer l’arrosage de plusieurs plantes à la fois, sans devoir être relié à un robinet.

 

 

Les pots à réserve d’eau : ils se composent de deux parties, un pot en terre et un pot en verre ou plastique, où l’on verse l’eau. Par capillarité la partie poreuse du pot immergé va absorber la quantité d'eau dont la plante aura besoin.

 

 

Les pots connectés : ils s’occupent de tout, analysent les besoins de la plante et se déclenchent quand le taux d’humidité est trop faible. Le hic si vous possédez beaucoup de plantes, cette solution est coûteuse !

 

 

Les bulles d’arrosage : On en plante une par pot, l’eau s’en écoule au fur et à mesure.

 

 

Les cônes en céramique : on visse une bouteille remplie d’eau sur un cône prévu à cet usage, que l’on plante dans la terre. La céramique absorbe l’eau au fur et à mesure. On peut également, à l’ancienne, planter la bouteille renversée, bouchon percé pour un écoulement progressif, directement dans la terre.

 

Des blocs d’eau gélifiée : pratiques et économiques, les hydro-blocs (ou sticks) se plantent directement dans la terre au contact de laquelle les micro-particules de cellulose se transforment en eau.

 

A noter que pur certaines plantes, comme les orchidées et les bonsaïs, qui demandent des soins spécifiques, il vaut alors mieux les laisser en pension chez un expert, qui saura en prendre soin.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.