Que faites-vous ce week-end Olivier Minne ?

L’animateur belge était de passage à Bruxelles pour parler de son dernier livre, Speakerines. Un (trop) bref passage dans sa ville natale, avant de repartir pour Los Angeles.

PAR SIGRID DESCAMPS. PHOTO : BENJAMIN DECOIN. |

Dernier soir en Europe 

" Ce sera mon dernier soir ici, car je repars à Los Angeles où je vis la majorité de l’année. Je n’ai plus de domicile ni à Paris, ni à Bruxelles. Quand j’y reviens, je loge chez des amis. J’aime passer du temps chez l’un ou chez l’autre. La semaine étant fort occupée par le travail, le week-end marque de toute façon systématiquement l’heure des retrouvailles avec les amis, où que je sois. Donc mon vendredi soir se passera entre potes, à refaire le monde autour d’une bonne table chez l’un ou l’autre. J’adore ces dîners qui se prolongent... Soit on finit dépités, soit avec des tas d’idées utopistes pour changer le cours des choses. Il est possible aussi que j’aille manger à l’extérieur. N’étant plus très souvent ici, je n’ai plus de lieu de prédilection. Quoique, quand je reviens en Belgique, j’aime aller me promener du côté du Lac de Genval et m’attabler à la Brasserie du Lac. Cela
reste une valeur sûre ! Sinon, j’aime que l’on m’emmène à la découverte d’un restaurant, même si j’ai tendance à me rabattre sur les plats que je connais. Mes amis me traitent de “néophobe”. Je me vois plutôt comme un “paresseux gustatif” : à la fois curieux et classique. J’aime manger des plats que je connais déjà, mais revisités, en particulier ceux à base de poisson, parce que la façon dont il est cuit donne souvent une idée générale de la qualité de l’établissement..."

    Dans les airs

    " Samedi, je serai dans l’avion. Direction Los Angeles. Mon “chez-moi” depuis quelques années. J’en profiterai pour dormir ou pour lire. En fait, je suis un enfant de la lecture bien plus que de l’image. Gamin et adolescent, je regardais peu la télévision. L’accès n’y était pas aussi facile qu’aujourd’hui. Du coup, je lisais énormément et ça m’est resté. Je ne suis par contre pas les modes en littérature, je verse plutôt dans les classiques. L’été passé, par exemple, je me suis replongé dans Solal d’Albert Cohen. Et là, je suis en train de relire tout Daniel Pennac. Je ne connais rien de mieux que la lecture ! "

    Brasse et cinéma 

    " Le dimanche, j’irai faire du sport. Comme je serai de retour en Californie, j’irai nager, soit en piscine – il y a autant de piscines à Los Angeles qu’il y a de cafés à Paris et Bruxelles –, soit directement dans l’océan.Quand je suis à Paris ou à Bruxelles, je ne vais pas nager car ma seule option, ce sont les piscines publiques et il y a trop de monde à mon goût. Je me rabats alors sur la salle de sport... Je fais une heure de sport tous les jours. Pas plus, car il ne faut pas abuser des bonnes choses. Et puis, trop de sport fatigue le corps et finit par le blesser. Une bonne heure suffit donc amplement au quinquagénaire que je suis (rires). L’après-midi, je regarderai sans doute un ou plusieurs films... Je suis un grand cinéphile. J’adore revoir des vieux films. J’ai une affection particulière pour les films américains et français entre les années 20 et 50. Je n’y connais pas une broquette en cinéma allemand et je ne peux pas beaucoup m’étendre sur le cinéma belge. Non pas que je ne le trouve pas de qualité, mais je suis rarement attiré par les thèmes qu’il aborde. Et le soir, eh bien... Je referai à nouveau le monde autour d’une table avec des amis (rires) ! "

    Lire aussi :