Que manger pour se remettre d’une soirée trop arrosée ?

C’est le week-end et comme bon nombre de personnes, vous avez décompressé de la semaine en buvant un verre avec votre bulle. Dommage que le lendemain soit si rude… Mais heureusement, il existe quelques astuces pour en finir avec la gueule de bois !

Par Elisa Dell'Aiera. Photo by Andrea Piacquadio on Pexels |

Vous avez eu une longue semaine et le petit apéro du vendredi soir s'est finalement transformé en grosse fiesta ? Résultat, vous n'avez pas encore su décamper de votre lit et le simple souvenir de votre rosé de la veille vous donne le vertige ?  Pour savoir quoi faire dans ces moments-là, il est bon, dans un premier temps, de mieux comprendre ce qu'il se passe dans notre corps un lendemain de fête. Pourquoi avons-nous la nausée et le mal de tête? Pour le savoir, le Docteur Gabriel Ferrand, médecin généraliste, répond à nos questions et nous aide à savoir quels aliments aideront notre organisme à combattre ces symptômes !

Pourquoi a-t-on la gueule de bois ?

Bien que la "gueule de bois" soit à l'heure actuelle un mécanisme encore complexe non élucidé car peu d'études abordent le sujet, Docteur Ferrand nous explique : « Parmi les hypothèses les plus avancées on trouve un risque d'hypoglycémie liée à la prise d'une grande quantité d'alcool et qui se manifeste entre autres par des maux de tête (céphalées). Une autre origine à ces céphalées serait des phénomènes de vasodilatation, des veines cérébrales comme on en trouve dans les migraines. L'alcool est en soi un diurétique (substance qui augmente la quantité de liquide excrétée par le corps), ce qui peut potentiellement vous déshydrater, surtout lors de fortes chaleurs et/ou si vous ne vous hydratez pas assez, ainsi qu'amener à des vertiges, de la faiblesse et des céphalées. L'alcool a aussi un potentiel irritatif sur la paroi intestinale, dont l'estomac. De fait il n'est pas rare de présenter des nausées voir des diarrhées le lendemain d'une soirée copieusement arrosée. »

Lorsque notre corps combat ce qu’il pense être un « empoisonnement », il se déshydrate, libère des molécules inflammatoires et déséquilibre le taux de sucre dans le sang. C’est ce qui nous donne ces symptômes si invalidants : la nausée et le mal de tête.

 

Comment en venir à bout ?

Il n’y a pas de solution miracle, le meilleur moyen d’éviter ces symptômes, c’est d’avoir une consommation d’alcool modérée, de boire beaucoup d’eau pour réhydrater son organisme et patienter. Mais pour donner un coup de boost à notre organisme, mieux vaut privilégier certains aliments plutôt que d'autres. Voici une liste non exhaustive spéciale lendemain de veille :

•    Les fruits riches en eau : comme la pastèque, le melon et les fraises sont composés à environ 90% d’eau. Ces fruits sont un excellent moyen de se réhydrater et d’apporter une ration de sucres naturels dans votre organisme.
•    La banane : riche en potassium, ce nutriment réduit la tension artérielle, maintient l'équilibre acido-basique dans l'organisme à l'intérieur des cellules et vous donnera toute l’énergie nécessaire pour combattre les crampes et la nausée.
•    Les fruits secs : comme les noix ou les amandes sont riches en magnésium, ce qui aide à combattre la fatigue. Ce sont aussi des aliments gras, qui tapisseront bien votre estomac.
•    Les œufs et l’avocat : sont tous deux des aliments riches en bonne graisse les plus digestes. Aussi, les œufs sont très riches en acides aminés bons pour le foie et l’avocat aide à renforcer les niveaux d'ions qui diminuent par déshydratation durant la soirée.
•    Des tartines de pain grillé au miel : le pain contient des glucides simples, ce qui va augmenter le taux de glucose de l'organisme sans perturber le fonctionnement de l'estomac. La touche de miel, riche en fructose, vous apportera le dose de sucre dont vous avez besoin instantanément.

 

Les aliments à proscrire

Pour le Docteur Ferrand, il faut avant tout éviter les irritants gastriques comme le café, les tomates, les poivrons, les agrumes, les épices… et bien sûr, l’alcool ! Soigner le mal par le mal au réveil en pensant que cela nous aidera à aller mieux est une erreur : cela nous aidera peut-être à atténuer certains symptômes sur le moment car l'alcool nous permettra d'atténuer la sensation de manque, mais à long terme, c'est déjà mettre un pied vers la dépendance. L'étape du sevrage est donc primordiale en gueule de bois.

 

En conclusion, un excès de temps en temps est surmontable, mais n’abusons pas des bonnes choses. Bien qu’il existe quelques astuces pour vaincre les symptômes d’une gueule de bois, c’est tout de même plus agréable de se passer de tous ces petits désagréments.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :

•    Tournée minérale : quels sont les bienfaits d’un mois sans alcool ?
•    Et si l’alcool que vous buviez influençait votre état d’esprit
•    Combien de verres d'alcool peut-on boire par semaine sans mettre sa santé en danger ?