Sept sites d'Europe interdits au public

Fans de lieux insolites ou remarquables, oubliez ceux-ci : pour des raisons historiques, religieuses ou de sécurité, vous ne pourrez jamais y poser le pied !

Par Sigrid Descamps. Photo by Simone Savoldi on Unsplash. |

La Grotte Chauvet en France

On en entend déjà parmi vous dire « Mais si, elle est ouverte au public, je l’ai visitée ! » Eh bien non, vous avez en réalité arpenté la Grotte Chauvet 2, à savoir une réplique de la grotte originale qui, elle, est interdite d’accès. Découverte en 1994, à Vallon-Pont-d’Arc, et inscrite au Patrimoine mondial de l’Humanité depuis 2014, cette grotte abrite plus de 1000 dessins préhistoriques. Pour des raisons de conservation, son accès est interdit au public, mais une réplique, La Caverne du Pont d’Arc (ou Grotte Chauvet 2 donc, illu ci-dessous), a été édifiée en collaboration avec la communauté scientifique quelques kilomètres plus loin, sur le site du Razal.

 

 

L’appartement de la Tour Eiffel à Paris

Lors de la construction de la Tour, Gustave Eiffel s’y est fait aménager un appartement d’une centaine de mètres carré au quatrième étage, à environ 285 m d’altitude. L’appartement ne compte pas de chambre, mais une salle de bains, un salon, une cuisine… L’ingénieur l’utilisait comme laboratoire et salon où recevoir ses invités de prestige, comme Thomas Edison. Une résidence dont il refusait de prêter les clés et qu’il n’a jamais voulu louer. Une tradition qui a été maintenue après sa mort : personne ne peut y accéder, mais on peut le « voir » à travers une petite vitre.

 

 

Les archives du Vatican

Si vous avez vu ou lu Anges et Démons, vous vous souvenez certainement de la séquence où le héros, Robert Langdon, consulte les archives apostoliques du Saint Siège. N’espérez pas pouvoir faire de même un jour, à moins d’être un chercheur de haut niveau et d’avoir reçu nombre d’autorisations spéciales, voire la grâce de Dieu en personne. Le lieu, contient de millions de documents précieux, dont certains datent d’il y a plusieurs siècles : manuscrits rares, courriers royaux, arrêtés, actes de lois… En fait, la seule personne qui peut les consulter à sa guise, c’est… le Pape !

 

 

L’île de Surtsey en Islande

Apparue suite à des éruptions volcaniques entre 1963 et 1967, cette jeune île a très vite titillé la curiosité du monde scientifique car la vie n’a pas tardé à y paraître par le biais de champignons, oiseaux et invertébrés, sans la moindre intervention extérieure. Bien qu’elle soit classée au Patrimoine mondial, elle ne peut être foulée que par des scientifiques autorisés, qui doivent veiller à n’y apporter aucun élément extérieur qui risquerait de bouleverser l’écosystème qui s’y développe.

 

 

 

L’île de Poveglia en Italie

Non loin de Venise, cette île est en quarantaine permanente. Personne ne peut y poser le pied et honnêtement, quand on connaît son histoire, personne n’a vraiment envie de le faire (sauf visiblement quelques instagrammeurs en quête de frissons). Jusqu’au 19e, elle servait en effet de centre de décontamination aux personnes atteintes de peste bubonique, en réalité, on les y envoyait pour mourir loin de la « civilisation ». Plusieurs dizaines de milliers de personnes y auraient ainsi péri. Par la suite, elle a accueilli un asile psychiatrique, où les docteurs auraient pratiqué des traitements expérimentaux qu'on n'a même pas envie de voir dans un film d’horreur ! Le site est depuis considéré comme le plus hanté du pays et est interdit au public.

 

 

Le Pravicka Brana en République tchèque

Jusqu’en 1982, cette arche était l’une des plus grandes attractions touristiques du pays. Sauf qu’à force de voir des touristes lui marcher dessus, elle s’est usée… au point de risquer de s’effondrer à tout moment. Depuis, on peut toujours la photographier, mais d’en bas, de loin, en gardant ses distances… Sait-on jamais.

 

 

Le mont Athos en Grèce

En Macédoine, cette montagne sacrée compte vingt monastères orthodoxes et abrite quelque 20 000 moines, qui vivent en communauté, coupés du reste du monde, dans le respect de traditions séculaires. Le lieu n’est pas totalement interdit au public… uniquement aux femmes et à toutes les espèces animales femelles (une dérogation exceptionnelle a été votée pour les poules et les chattes, pour chasser les rongeurs), qui ne peuvent donc y poser le pied (ou la patte) depuis l’an… 1060 !

 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.