On a testé le réseau Vhello

Envie d’une balade à vélo au cœur du Hainaut ? Les régions de Mons et du Centre proposent un nouveau réseau d’itinéraires cyclables balisés qui relie les principaux points d’intérêts. Nous sommes donc montés en selle pour découvrir Estinnes et ses environs. Promenade entre les vignes des Agaises et l’Abbaye de Bonne-Espérance.

Par Sigrid Descamps. Photo : S.D. et Vhello. |

Vhello, c’est quoi ?

Un nouveau réseau d’itinéraires cyclables balisés de 880 km, rattaché à un ensemble de tronçons de 5 à 8 kilomètres, qui relie de manière cohérente différents points touristiques majeurs. Chaque intersection est identifiée par un numéro à deux chiffres dit de point-nœud. Les panneaux vous indiquent les points-nœuds les plus proches et la direction à suivre pour les rejoindre. Pour préparer son itinéraire, il suffit de noter dans l’ordre la liste des points-nœuds par lesquels vous souhaitez passer et de suivre sur le terrain les balises numérotées.

Balade gourmande

On peut soit dessiner son parcours soi-même, soit suivre l’un des parcours thématiques proposés par le réseau : "Au fil de l’eau", "Sur les traces de Vincent Van Gogh", "Sur les traces du patrimoine Unesco", "La route des châteaux" ou encore, "Balade gourmande du vignoble à l’abbaye de Bonne-Espérance"… C’est celle-ci, étendue sur 23 km, que nous avons choisi de tester. La balade ayant lieu un dimanche, quelques adaptations ont toutefois été nécessaires : ainsi, contrairement à ce que prévoit le programme, nous ne sommes pas partis du vignoble des Agaises (où sont produits les vins effervescents Ruffus), fermé ce jour, mais de la taverne Le Tournebride, sur le site de l’Abbaye de Bonne-Espérance. C’est là en effet que nous attendaient nos montures (les cyclistes qui ne possèdent pas de vélo peuvent les louer via vhello).  

Durant un peu plus de deux heures – nombreux arrêts photos (et hydratation) inclus -  nous avons donc sillonné cette région hennuyère, avec pour décors, des champs de maïs, de tournesols, des fermes, des éoliennes… et bien sûr, les vignes des Agaises. Un parcours relativement facile, malgré quelques faux plats de derrière les fagots.  

Verdict

Nous avons aimé la balade, à la fois vivifiante et délassante, et ses à-côtés. Dans notre cas, la visite du site de la très belle Abbaye de Bonne-Espérance et de ses jardins, et – notre moment de réconfort après l’effort -  le lunch à la taverne Le Tournebride : de l’accueil chaleureux, à l’assiette aussi savoureuse que généreuse (une crêpe farcie aux poulet et champignons pour l’un, un croque-monsieur à l’italienne pour l’autre, tous les deux à tomber, sans oublier un morceau de tarte au sucre pour nous achever complètement), on a apprécié l’instant de bout en bout. Petit bémol par contre quant à la précision du parcours. La communication assure qu’il n’y a aucun risque de se perdre. Hum…  Nous ne sommes certes pas de grands habitués des promenades à vélo, mais nous avons eu beau être hyper attentifs aux signalisations, nous avons quand même loupé une borne et avons dû faire demi-tour  - aidé de la carte et du smartphone  - pour retrouver le droit chemin. Côté vélo, s’il est donc possible d’en louer via le réseau (même des électriques), on conseillerait de venir avec le sien. Surtout si on possède un VTT ou un semi-VTT, nettement plus agréable pour emprunter les chemins sur route pavée ou à travers champs. Mais dans sa majorité, l’expérience fut positive. La journée fut très agréable et surtout, elle nous a donné envie d’autres aventures cyclistes et découvertes dans la région.

La très belle Abbaye de Bonne-Espérance sur laquelle se trouve également l'accueillante taverne Le Tournebride, où se restaurer et goûter des produits du cru.

 

A lire aussi:

Cinq promenades à vélo pour parcourir la Belgique

Quatre applications pour booster ses balades à vélo

Le vélo, le moyen de transport le plus sain en ville