Trois boutiques venues d’ailleurs en plein centre-ville liégeois

La Cité ardente n’est pas simplement l’antre du bon vivant, à la recherche des fameuses gaufres et lacquemants. Depuis une dizaine d’années, les ruelles du centre-ville regorgent de boutiques atypiques et de créateurs. Du Togo à Moscou en passant par le Pays du Soleil Levant, voici trois magasins qui nous transportent ailleurs !

Par Perrine Dor – Photo by @AntilopeLAB / @RuedeMaroseyka / @WabiSabi |

Comme le disait si bien le navigateur Loïck Peyron, « Le plus beau voyage, c’est celui que l’on n’a pas encore fait ». Et si vous vous décidiez à descendre en région liégeoise, afin de faire escale dans 3 boutiques de créateurs venues d’horizons autres que ceux des berges mosanes. Un voyage au milieu des étoffes et produits bien de chez eux se prépare sans nul doute…

Antilope Lab, le wax africain à l’honneur

Niché à deux pas de l’emblématique Perron de Liège, le label de la jeune designer belgo-togolaise Sanhela Teky offre un univers coloré à celui qui choisit de s’arrêter dans son atelier-boutique. Forte d’une expérience de plus de 7 ans dans le domaine, ayant fait ses armes notamment chez Anne Piron, elle offre des pièces qui revisitent le wax, ce tissu traditionnel africain, dans une approche volontiers contemporaine et éthique. Comme elle nous le confie, elle souhaite « valoriser le wax et lui donner un coup de modernité en le proposant dans des coupes actuelles de sorte que tout le monde puisse se l’approprier ! ». 

Un pari osé mais réussi au vu de la diversité qu’elle propose : que ce soit des habits plus sportswear, des chemises, blazers en passant entre autres par les pantalons de style cargo, des bijoux et même des costumes de mariages… Sa pièce favorite, elle l’affirme : « c’est la jupe Yaoundé » ! Toutefois, elle propose également des créations sur-mesure en étant à l’écoute des moindres souhaits de ses clients. La créatrice le soutient « en voulant proposer des pièces modernes et adaptées à tous à base de ce tissu qui reflète mes origines, c’est en quelque sorte une manière de rassembler les gens d’un point de vue culturel et humain ». Désormais, vous pouvez aussi y trouver des masques chamarrés même si la créatrice ne souhaitait pas en commercialiser à ses débuts : « Je ne voulais pas profiter de la situation et faire du « business » facilement. Mais la demande était là… C’est pourquoi, nous les avons toujours commercialisés à 5€ et les bénéfices engendrés sont redistribués à des ASBL. ». 

Outre les spécificités de ce tissu organique et naturel, teint à base de cire et qui ne dégorge pas, cette enseigne « Made in Liège » se démarque par une philosophie bien à elle de la création. Si elle devait la définir en 1 phrase, elle dirait : « Remplissez votre vie d’expériences et non d’objets ». Elle justifie ce choix par le fait que « ici, nous privilégions le rapport avec les clients, ses envies et attentes, et non la quantité ! Le tissu n’est jamais réédité. Cela crée quelque chose d’unique et authentique ! ». Alors, si vous cherchez la pièce qui fera mouche, n’hésitez pas à y faire un tour, un univers coloré qui vaut le détour et qui teintera de nuances chatoyantes une saison automnale quelque peu morose…

 

 

Envie d’en savoir plus, cliquez ici.

Rue de Maroseyka, à la découverte de l’art moscovite

Située à quelques lieues de l’hôtel de ville, bien que discrète, cette boutique, ouverte depuis 2015, est une caverne d’Ali Baba à la gloire de la Sainte-Russie et de la Scandinavie.  Ici, vous y trouverez aussi bien des livres sur la Russie, des châles, foulards en soie, que des bijoux artisanaux en ambre de la Mer Baltique, des toques de fourrures  et les traditionnelles poupées russes ! Comme le souligne la propriétaire des lieux, Moscovite d’origine, Irina Aro, « toutes les pièces sont uniques et reflètent une Russie authentique et artisanale, c’est vraiment unique sur Liège ». Dernièrement, elle a même reçu des produits cosmétiques « Made in Russia » tels que la Novosvit Lamellar Eye Cream ou Novosit Snail Repair, un dépaysement pas seulement par les yeux mais bien par les sens en somme !

Envie d’en savoir plus, cliquer ici.

Wabi Sabi, à destination du Japon !

L’art japonais sous toutes ses formes à Liège ? Vous n’y croyiez pas et pourtant c’est le défi que s’est lancé Vincent Renard, un Liégeois passionné par le Japon : ouvrir une boutique hybride, du nom de Wabi Sabi, en plein centre-ville, d’ici la fin de l’année. Son projet prendra véritablement vie en cette fin d’année 2020 au numéro 26 de la Rue des Carmes.  Pour l’heure, la date d’ouverture n’est pas encore connue et cela réserve bien des surprises. En effet, il compte rassembler dans un même lieu un bar, un restaurant et une boutique mettant le Japon à l’honneur !
Outre les traditionnels produits de bouche comme le dashi ou les ramens, la culture japonaise sera bel et bien valorisée à travers non seulement la mode - des kimonos revisités par des créateurs liégeois, des sacs baggu, des pochettes Tebuki ou encore des bandanas Atama – mais aussi l’art du bonsais , des théières et des kokeshis , ces poupées japonaises, tout droit sorti d’un film de Hayao Miyazaki. Envie de faire un saut au Japon, sans connaître le décalage horaire, c’est une destination à ne pas rater !