Comment la sédentarité nuit à la santé

De nouvelles recherches britanniques viennent étayer l'idée que les périodes prolongées en position assise seraient mauvaises pour la santé, révélant au passage une association entre trop de sédentarité et le niveau de graisse qui entoure les organes.

Par AFP. Photo : DR. |

Une équipe de chercheurs du NIHR Leicester Biomedical Research Centre s'est intéressée à 124 sujets enregistrant un fort risque de diabète de type. Ils ont mesuré combien de temps ils restaient sédentaires, c'est à dire combien de temps par jour ils restaient en position assise ou allongée (faible dépense énergétique).

Les participants portaient aussi un accéléromètre autour de la taille le temps de l'étude (7 jours) pour mesurer exactement les périodes de sédentarité, alors que les chercheurs notaient aussi la quantité de graisses dans le foie, au niveau des viscères et des zones subcutanées, ainsi que la masse graisseuse abdominale totale grâce à des IRM.

De la graisse autour des organes internes

Les scientifiques ont trouvé, que même après avoir pris en compte des facteurs tels que l'âge, l'origine ethnique et les niveaux d'activité physique, plus une personne restait assise au cours de la journée, plus la quantité de graisses au niveau du foie, des viscères et de la région abdominale totale était élevée.

Le lien entre le temps passé assis et les niveaux de graisses était encore plus fort chez les personnes qui ne suivaient pas les recommandations de 150 minutes d'activité physique modérée par semaine. Ce résultat suggère donc que le fait de suffisamment se dépenser chaque semaine permettrait de se protéger des effets délétères de la station assise prolongée.

A propos de ces résultats, le directeur de l'étude le Dr. Joe Henson a expliqué : "Nous savons que le fait de passer de longues périodes sédentaires n'est pas sain et que cela représente un facteur de risque pour les maladies chroniques telles que le diabète de type 2 et les maladies cardiaques. De même, la quantité de graisse présente autour de nos organes internes pourrait aussi nous prédisposer à ces maladies."

Des recherches précédentes avaient aussi laissé entendre que trop de sédentarité pouvait entraîner une augmentation des risques de caillots sanguins, d'obésité, de maladies cardiovasculaires et même de vieillissement biologique.

Contrecarrer les effets néfastes 

Certaines études précédentes sur le sujet avaient montré que l'exercice régulier pouvait contrecarrer les effets néfastes de la sédentarité, mais les résultats ne vont pas tous dans le même sens. Une étude de 2015 avait montré qu'il était nécessaire de réduire le temps passé assis plutôt que d'augmenter son activité physique pour rester en bonne forme, alors qu'une autre étude parue la même année soulignait la nécessité de réduire ses périodes de sédentarité mais que même les personnes qui avaient une activité physique régulière pouvaient souffrir des effets délétères de la station assise prolongée.

Les dernières recherches en dates sont consultables dans la revue Obesity.