Cette artiste crée des œuvres d'art à partir de sel et de sable

Avec ce concept, Roxane Lahidji a séduit la Belgique et les galeries du monde entier. Rencontre avec la petite fée du chlorure de sodium …  

Par Agnès Zamboni. Photos Roxane Lahidji. |

La Belgique a découvert ses créations en 2018, au premier salon bruxellois Collectible. Formée à la Design Academy Eindhoven, Roxane Lahidji, obtient son diplôme en août 2017 et, dès l’automne, présente ses tables en marbre de sel à Rotterdam. 

Depuis 2019, installée aux ateliers de Zaventem, cette Française, passionnée de graphisme et d’illustration, qui a aussi suivi un cursus aux Arts déco de Strasbourg, a interpellé les spécialistes du design. Recherche de matières et couleurs, formes et formats, gestuelles pour dessiner son empreinte, ses tables concentrent tout le sel de ses connaissances et cristallise ses centres d’intérêt. Récompensée par le prix du fabricant Bolia, elle fait désormais partie des outsiders des galeries de design d’avant-garde. 

Voyage au pays de la matière

Roxane a découvert le sel de Camargue lors d’un workshop dans le cadre de ses études. « Avec la collaboration de l’Atelier du Sel à Arles, j’ai commencé à travailler le sel comme du verre ou de la céramique. Le sable et le sel se comportent de la même façon et se transforment en pâte. Combinant méthodes de basse technologie et techniques artisanales traditionnelles, le procédé, issu du crossover et du croisement de différentes disciplines. Le procédé actuel s’inspire de la technique italienne de la scagliola, un stuc de marbre à base de plâtre, résine et colle de lapin.  Le sel est une matière en abondance, notamment en Camargue, et très bon marché, seulement 50 €, la tonne ! » Ses tables peuvent être recouvertes d’un vernis acrylique ou époxy pour un usage extérieur. Le mortier de sel (livré par palettes dans son atelier) et réduit en poudre est mélangé avec de la gomme naturelle. Il est ensuite humidifié, pigmenté et moulé à chaud. 

Au début, Roxane a fabriqué ses propres outils, son four, ses moules… Aujourd’hui, les moules sont produits par des professionnels. Les temps de séchage dans le moule et hors du moule sont très longs… puis il faut réaliser les finitions à la main. Le polissage est une étape importante et parfois longue si l’on souhaite obtenir une finition polie brillante comme pour le véritable marbre. « Je développe des pièces de plus en plus grandes, jusqu’à 1 m 50 de longueur pour un plan de travail et 2 m pour une prochaine pièce ». Pour des pièces de tailles plus importantes, il est aussi possible de faire des assemblages…

 

Roxane Lahidji sera présente au prochain Salone del Mobile à Milan. roxanelahidji.com

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.