Comment dépolluer son intérieur ?

Alors que nous passons désormais tout notre temps enfermé, la qualité de l’air intérieur peut s’avérer être de moins bonne qualité. Mobiliers, peintures, produits ménagers peuvent être aussi dangereux que la pollution extérieure. Pour assainir sa maison, suivez le guide ! 

Par Anissa Hezzaz. Photo by Grovemade on Unsplash. |

Confinement oblige, nous passons nos journées entières à l’intérieur de nos maisons et même si nous avons l’impression que l’air y est sain, il se peut qu’en réalité votre petit cocon aseptisé ne soit qu’un nid à microbes et à pollution, en raison de certaines habitudes quotidiennes. La cuisson des aliments, la poussière, les produits d’entretien ou encore la cigarette sont autant de facteurs de pollution intérieure qui à long terme peuvent être nocifs pour notre santé. Et pour les autorités sanitaires, la lutte contre la pollution intérieure est devenue une véritable priorité  tant elle est la cause de nombreux décès chaque année. Pour rendre la qualité de l’air que nous respirons tous les jours plus saine, voici quelques gestes à mettre en place : 

Aérez au moins 15 minutes par jour

C’est évidemment la première chose à faire. Tous les jours au réveil, on ouvre grand ses fenêtres pendant au moins 15 minutes. Ce geste permet de faire circuler l’air dans notre chambre et de le renouveler tout en faisant diminuer le niveau de CO2 présent dans l’atmosphère et produit par la respiration humaine. Si on peut créer un courant d’air, c’est encore mieux. On secoue également les draps et les oreillers.  Et idéalement, on renouvelle cette opération un peu avant d’aller se coucher pour un air purifié et un meilleur sommeil. 

Bannissez la cigarette à l’intérieur

C’est d’autant plus important si vous êtes le seul fumeur de la maison, car la fumée de cigarette se fixe sur les meubles et les tissus même après aération. Et fumer sous la hotte ou à la fenêtre ne change pas vraiment la donne. C’est d’ailleurs ce que l’on appelle le tabagisme passif : les non-fumeurs inhalent la fumée de cigarette même s’ils ne se trouvent pas dans la même pièce, car les particules voyagent d’une pièce à l’autre, que la porte soit fermée ou non. Le mieux étant soit d’arrêter de fumer, soit de sortir dehors pour fumer en prenant soin de bien fermer la porte derrière soi. 

Multipliez les plantes

Si scientifiquement, les plantes ne permettent par le renouvellement de l’air sur les concentrations de polluants, elles peuvent tout de même absorber naturellement quelques particules toxiques. Alors, certes, elles ne peuvent pas remplacer une aération quotidienne, mais elles nous aident à garder un intérieur plus sain. De manière générale, on considère que deux ou trois plantes permettent de purifier une pièce d’environ 20 mètres carrés. Alors, on en profite pour les accumuler !  

Faire l’impasse sur les bougies parfumées

Les bougies, encens, et papier à brûler sont nocifs pour la santé, car ils libèrent toutes sortes de substances cancérigènes lors de la combustion comme du benzène, du formaldéhyde, du phtalate, etc. Pour les remplacer, on privilégie les huiles essentielles, qui diffusent également une odeur agréable et qui ont le don de nous relaxer. Attention toutefois, les huiles essentielles sont déconseillées chez les femmes enceintes et les nourrissons. 

Séchez le linge à l’extérieur

Si l’humidité n’est pas considérée comme intrinsèquement polluante, elle peut être à l’origine d’une dégradation de la qualité de l’air, car elle favorise alors le développement des acariens et des moisissures. En faisant sécher son linge à l’intérieur, on fait grimper le taux d’humidité. Alors si on en a la possibilité, on le met à sécher dehors, sinon, on évite les pièces où il est impossible d’aérer en même temps, en particulier la chambre à coucher. 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

 Lire aussi :