Comment s'occupe Aurore de Heusch en confinement ?

La créatrice de bijoux a fermé sa boutique et trouvé refuge dans le nid familial. Entourée des siens, elle dessine, crée, jardine, cuisine... Et a ressorti sa machine à coudre pour filer un coup de main à ceux et celles qui en ont besoin !

PAR SIGRID DESCAMPS. PHOTOS D.R. |

J’ai fermé ma boutique, rue Dansaert, trois jours avant l’annonce officielle du confinement. Et je suis allée m’installer, avec ma sœur Margaux et son compagnon Hugo, chez notre maman. Nous vivons donc à quatre dans la maison familiale, avec un grand jardin. J’ai retrouvé la chambre de mes quinze ans, ça fait un peu bizarre (rires). La première semaine, c’était un peu n’importe quoi. Il nous a fallu trouver nos marques, notre rythme. Comme ma sœur et mon beau-frère télétravaillent, je me suis calée sur leurs horaires. On veille à faire des pauses et surtout, on ne bosse pas le week-end, ce qui me semble important, voire nécessaire. J’ai des amis qui, comme beaucoup de gens, sont en mode télétravail et qui restent connectés à leur boulot 24 heures sur 24.

Se remettre à créer

Dans un premier temps, j’ai mis en place différents projets, bossé sur une exposition qui devrait se tenir à la rentrée, et surtout, travaillé sur les réseaux sociaux... C’est une façon de maintenir le lien avec les artistes que j’expose dans ma boutique, et avec mes clients. Je pense d’ailleurs que l’une des belles choses qui sortira de cette période inédite, c’est l’importance des relations humaines. Dès la seconde semaine, je me suis remise à dessiner et à fabriquer des bijoux. J’ai bricolé un petit établi ; c’est un peu du camping, mais ça suffit. Je dessine aussi pas mal pour le plaisir, je refais de l’illustration.

Manger, c'est la vie ! 

Je vis dans une famille qui aime les plaisirs de la table. En plus, Margaux et Hugo sont des passionnés de vins et de nourrriture. Donc, durant le confinement, on baigne dans la gastronomie en permanence : on bosse sur leur compte Instagram, leur site, mais surtout, on cuisine, on boit et mange beaucoup (rires). On teste plein de trucs tout en veillant à faire du zéro déchet. Je m’occupe pas mal du potager aussi, une autre de mes passions.

Piquer pour la cause

J’ai étudié la mode avant de me lancer dans la joaillerie. J’avais abandonné cet univers en me disant que j’y reviendrais sans doute un jour, avec un projet qui ait du sens. En revenant ici, j’ai retrouvé ma machine à coudre et des tissus. Cela m’a paru évident : je me suis mise à coudre des masques. Pour ma famille tout d’abord. Puis, j’ai contacté la Région de Bruxelles pour rejoindre le réseau de bénévoles qui confectionnent des masques de protection pour le personnel de première ligne. C’est un peu une des seules choses que l’on peut faire quand on reste chez soi. J’avais besoin de donner de mon temps pour aider ces gens qui font un travail formidable. Ça me permet de donner du sens à tout ça, de me rendre utile... Et ça fait du bien !

Pour rejoindre le réseau de bénévoles de la Région bruxelloise : T. 02 519 22 85.
Découvrez son site internet et ses comptes Instagram : @aurore.de.heusch.jewels; @joyabrussels

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :