Dry January : pourquoi rester sobre pendant un mois ?

Rester sobre pendant 31 jours. C’est le défi lancé chaque année au mois de janvier. L’idée ? Purger les excès des fêtes et entamer l’année avec de bonnes résolutions. Mais faut-il ou non s’y mettre ? On vous dit tout.

Par Anissa Hezzaz. Photo by Maid Milinkic / Mark Zamora on Unsplash. |

Entre le réveillon de Noël, les soirées au marché de Noël, les pré-Noël, et maintenant, la Saint-Sylvestre, on ne peut pas dire que le mois de décembre ait été de tout repos. Après avoir picolé plus qu’il n’en faut et ingurgité des produits aussi gras que bons, notre corps tout entier a dû mal de s’en remettre. Et avouons-le, on est tellement gavé qu’on a hâte de reprendre un rythme de vie « normal ». Certains se sont même déjà décidés à se lancer le défi du « Dry January », ou le mois de « janvier sec », qui consiste à ne pas boire une goutte d’alcool durant tout le mois de janvier.  

Certains sont de grands adeptes de cette pratique, d’autres, en revanche, sont plus sceptiques et considèrent que ce phénomène stigmatise la consommation d’alcool et culpabilise le buveur à chaque fois qu’il lève le coude. Qu’importe le clan que l’on choisit, vous risquez de voir un peu partout autour de vous des initiatives « sans alcool ». De la soirée chez vos amis, qui préfèreront la limonade au vin, à vos sorties dans les bars où la longue liste des cocktails sera parfois remplacée par des mocktails, des cocktails sans alcool. Bref autant vous avertir tout de suite : si vous décidez de ne pas y participer, vous risquez forcément d’en entendre parler, mais pourquoi au juste ? 

Pourquoi ce phénomène cartonne ?

Le Dry January est un concept, lancé initialement Outre-Manche mais qui depuis quelques années semble s’imposer chez nous aussi. A l’image de la Tournée minérale qui a lieu au mois de février, les initiatives pour inciter les gens à diminuer leur consommation d’alcool au mois de janvier se multiplient un peu partout.

Et si avant ce mouvement était presque marginal, aujourd’hui, le « sans alcool » semble avoir la côte. Il suffit d’ailleurs de regarder la génération Z pour comprendre que les jeunes boivent moins que leurs aînés. En février dernier, The Wall Street Journal rapportait qu’en cinq ans, la vente de bières sans alcool a augmenté de 3,9% et qu’en 2018,  23,93 millions de litres de boissons non alcoolisées étaient mises sur le marché contre seulement 8 millions de litres en 2013. Une tendance qui s’explique notamment par une volonté de garder le contrôle par peur de voir des photos ou vidéos tourner sur les réseaux sociaux.

Les études prouvant les bénéfices d’une cure sans alcool sont de plus en plus nombreuses : en décembre dernier, une étude britannique menée par le British Medical Journal montrait que passer un mois sans alcool améliorerait la qualité du sommeil (pour 71 % des participants), entraînerait une perte de poids (58 %), mais aussi un regain d'énergie (67 %) et une plus belle peau (54 %). De plus, ne pas boire d’alcool durant un mois permet d’économiser de l’argent à court, mais aussi à long terme, car un mois d’abstinence permettrait de réduire sa consommation sur le long terme.

Autant d’arguments, qui permettent au moins d’avoir un autre regard sur sa consommation d’alcool. Mais l’autre facteur non négligeable qui explique le succès grandissant de ce mouvement, c’est le timing. En effet, en début d’année, les bonnes résolutions pleuvent dans tous les sens : on veut arrêter de fumer, faire plus de sport, se mettre au régime, etc. Mais si personne ou presque ne les tient bien longtemps, le fait de rendre « publique » sa bonne résolution permet de s’encourager et de se féliciter. Et c’est là que la campagne du Dry January réussi à convaincre des milliers de personnes d’y participer chaque année. Et pour vous, une bière avec ou sans alcool ?

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Me: Can I get a hell yeah? Universe: HELLLLLLS YEAH!!!!!!!!!! 👏🙌🙋‍♂️👌

Une publication partagée par My Sober Compass (@mysobercompass) le

 Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :