Le bois sur mesure, est-ce vraiment trop cher ?

Dans la lutte contre le design jetable, certains avancent souvent l’argument du prix, mais est-il légitime ? Pas quand on veut un autre mode de vie… 

Par Audrey Morard. Crédit photo : D.R / èggo |

La petite entreprise wallonne 

Damien Forêt et Xavier Theys sont les fondateurs de Wood Passion. L’entreprise est née en 2011 et propose des meubles d’intérieur sur mesure en bois. “Chaque projet est différent. Le sur-mesure fait parler notre créativité. Ce n’est jamais la routine” explique Xavier. “C’est ça qui nous stimule. Plus c’est compliqué, plus ça va nous plaire” explique Damien. Le binôme conçoit ses meubles avec du bois de chêne d’Europe, mais aussi des dérivés du bois. “Dans le meuble, on travaille peu avec du bois massif pour une question de stabilité. Les planches ont tendance à se tordre” indique Xavier. Le duo se fournit aussi en bois de récupération, “il apporte du charme, du vécu, une histoire”.  Pour les besoins d’un projet, du bois issu du plancher de wagon de train a été utilisé. Dans le salon d’un autre client, Xavier et Damien ont fait venir du bois canadien pour obtenir le résultat souhaité. Aujourd’hui, ils ne travaillent plus seulement avec du bois, ils utilisent aussi des dérivés de panneaux blanc, noir ou de couleurs, des matériaux imitation bois, parmi d’autres... 

A ses débuts, le duo travaillait sur des projets accessibles comme un simple dressing, Ils imaginent maintenant des bibliothèques avec une toile de cinéma intégrée dans le meuble.  Et les demandes explosent. Par contre, la pression est grande avec le sur-mesure. “Il faut être méticuleux. Dans le sur-mesure, on parle en millimètres, sur une pièce, ça peut tout changer. Tout doit être parfaitement réalisé. La différence entre un bon meuble sur mesure et un moins bon réside dans une technique pointilleuse et de très nombreuses heures de travail”. 

Plusieurs rendez-vous sont nécessaires pour arriver au résultat final, comme l’explique Xavier. “Le premier a lieu chez le client, pour mieux comprendre ses attentes. Le deuxième se déroule dans notre atelier pour choisir les matériaux. Damien et moi exposons le projet et le premier jet. » Le binôme reste humble. Travailler à l’échelle belge, dans une petite structure où règnent la convivialité et un esprit familial les comble. “Les choses fonctionnent ainsi pour le moment, mais on ne se fixe pas de limites non plus.” 


woodpassion.be

 

Les grandes enseignes s’y mettent aussi 

Depuis sa création en 2007, la marque belge èggo propose comme d’autres enseignes des cuisines modulables et de nombreuses possibilités en fonction de votre espace. Mais la marque se targue aussi de proposer des meubles sur-mesure pour la cuisine et les rangements comme les placards ou les dressings. Chez èggo, « On a poussé au maximum le concept du modulable, mais nous travaillons à partir d’un catalogue” indique Amélie Jacquemart, Product & Design Office Manager chez èggo. « Les meubles proposés se déclinent dans différentes largeurs, entre 15cm et 120cm. De quoi satisfaire toutes les variétés d’espaces et d’aménagement. »  Côté budget, les clients sont aussi satisfaits.

“Les meubles sont fabriqués en usine. Il y a une grosse chaîne de production derrière. Les prix seront donc plus abordables par rapport à du pur sur-mesure, comme un menuisier peut le faire, où il passe davantage de temps et met en avant son savoir-faire. Nous sommes dans une approche plus rationnelle. Nous sommes davantage dans du design sur-mesure accessible”. 

Avec le confinement, Amélie Jacquemart a constaté une hausse de la demande des meubles sur-mesure, surtout pour la cuisine. “Les gens veulent se sentir bien chez eux, la cuisine est un espace convivial par excellence. Avec le confinement, l’envie de mettre son espace de vie en valeur s’est accentuée”.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.