Le week-end de Dany Brillant

Avec son dernier album, Dany Brillant chante Aznavour, l’artiste rend hommage à son maître. Pas de musique au programme par contre pour ses fins de semaine, qu’il aime passer... à Bruxelles !

PAR SIGRID DESCAMPS. PHOTO WARNER MUSIC. |

 Je passe ma vie entre Paris, où je travaille, et Bruxelles, où je vis. J’ai toujours habité Paris, mais après les attentats de 2015, ma femme, Nathalie, qui y avait vécu avec moi durant dix-sept ans, a voulu déménager à Bruxelles, où elle trouvait l’ambiance plus légère, plus chaleureuse qu’à Paris, moins crispée. Et elle avait raison (rires).

Profiter du grand air

Pour moi, le week-end, c’est le moment de s’arrêter, de respirer. Pas de musique donc, j’en fais et j’en écoute suffisamment durant la semaine. Le samedi matin, j’accompagne mon fils au hockey. Le reste de la journée, on le passe dehors. Et comme j’habite dans un quartier situé non loin du bois de la Cambre, j’en profite : j’y vais me promener, courir, faire du vélo... Parfois le midi, on va luncher au Chalet de la Forêt. S’il ne fait pas assez beau que pour sortir, je reste à la maison et je lis, cela me relaxe. Je suis très attiré par toutes les activités de relaxation, de méditation... J’ai besoin de cultiver une certaine sérénité pour résister aux agressions extérieures, la lecture m’y aide.

Foot ou resto

Le samedi soir, j’aime bien aller manger au restaurant ; l’une de mes adresses préférées, c’est Colonel, à Fort Jaco. Leurs viandes sont extraordinaires ! Quand le PSG joue, je regarde le foot à la télévision. Quand j’en ai l’occasion, si je suis à Paris, je vais voir le match au stade. L’ambiance des stades me rappelle celle des concerts. Le sport est un univers rempli de belles valeurs, d’entraide, de lien social... Les rencontres sportives, comme les concerts, font partie de ces rares moments où les gens vibrent à l’unisson.

Pas de série

Je suis un amateur de films. Pas de séries. Je déteste la sensation de dépendance à quoi que ce soit. Ceci étant, dernièrement, j’avoue : j’ai regardé d’affilée tous les épisodes de Luis Miguel, une série sur ce chanteur mexicain que j’adore et qui n’est pas assez connu. C’était super, j’ai adoré... Et en même temps, cela m’a énervé car j’étais complètement accro (rires). Les films, c’est bien, cela ne dure qu’une heure et demie, deux heures, et puis on est libre. Je préfère les films des années 50, 60... L’âge d’or du cinéma pour moi ; cela me nourrit bien plus que les films contemporains, qui parlent de la société d’aujourd’hui. J’y vis, cela me suffit. Les vieux films par contre, nous replongent dans une tout autre époque.

Sportif du dimanche

Je fais énormément de sport. Avant la crise, j’adorais aller nager, mais là, c’est devenu compliqué. La natation, c’est une discipline importante pour un chanteur, car elle permet de développer le souffle. Tous les chanteurs devraient nager, et pas qu’en eaux troubles (rires). Je pratique également la boxe depuis l’âge de quinze ans. C’est un sport noble dont la pratique, comme celle des arts martiaux, permet d’acquérir une certaine assurance, cela vous ancre. Cela participe également à ma quête continue de sérénité. Je travaille avec un coach privé, que je paie surtout pour ne pas qu’il me casse le nez. Un nez cassé, ça peut vous briser une carrière !

Dany Brillant chante Aznavour : la Bohème, Warner Music.

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.