Quelles questions se poser avant d'adopter un animal?

Toutes ces jolies boules de poils qui défilent sur les réseaux sociaux, tous ces articles sur les animaux qui attendent d'être adoptés... ça vous donne furieusement envie d'accueillir un peitit compagnon chez vous. L’occasion de se pencher sur les raisons qui nous poussent à franchir le pas et surtout, de considérer si l’on est réellement prêt à le faire.

Par Sigrid Descamps. Photos : Unsplash. |

Une nouvelle portée et plein de mini boules de poils à adopter, d’autres qui attendent leur tour impatiemment dans un refuge… Les posts sur les réseaux sociaux et les articles consacrés aux animaux de compagnie sont légion. Et tous ces jolis minois que vous voyez défiler, ça vous fait craquer. Mais attention de ne pas succomber sur un coup de tête ! Pour rappel, le 27 juin, c’est la journée mondiale contre l’abandon des animaux. Chaque été, des centaines d’animaux sont encore abandonnés par leur maître. Une infraction qui peut être sévèrement punie mais qui, hélas, se perpétue pourtant d’été en été. Les raisons de ces abandons sont aussi mauvaises que multiples : l’animal ne peut être emmené en vacances, il prend trop de place, il coûte trop cher, il ne répond pas aux attentes… Et on préfère l’abandonner en espérant, au mieux, qu’une bonne âme le recueille. Afin d’éviter ce genre de situation extrême, il est donc nécessaire de se poser les bonnes questions avant d’acquérir un petit compagnon à poils, à plumes ou à écailles.

Etes-vous disponible ?

Adopter un animal est un engagement à long terme. Un chien vit en moyenne de 10 à 15 ans, un chat peut vivre plus de vingt ans… Autant d’années où il dépendra de vous, de votre attention, de votre présence. Vous envisagez de partir vivre à l’étranger ? Vous vous déplacez régulièrement pour des raisons professionnelles ? Vous pensez vous mettre en couple avec votre compagne/compagnon qui est allergique ? Vous envisagez d’avoir un bébé prochainement ? Vous travaillez énormément et n’aurez pas le temps d’effectuer régulièrement des promenades matin et soir (nécessaires pour de nombreux chiens, certaines races exigeant parfois au moins une heure d’exercice par jour) ? En résumé : assurez-vous que la présence d’un animal soit compatible avec votre mode de vie et vos projets.

Est-ce que tout le monde est d’accord ?

Vous vivez seul.e, la décision vous appartient. Mais si vous vivez en couple ou en famille, il faut s’assurer que chacun soit partant à l’idée d’accueillir un nouveau membre sous le toit. Là encore, assurez-vous par exemple, que personne n’ait peur des animaux, ne soit allergique, etc.

Disposez-vous de l’espace suffisant ?

Le confinement nous aura appris pas mal de choses. Entre autres, il nous a fait prendre conscience de notre besoin d’espace. Pour les animaux, c’est pareil. Certains chiens par exemple ne sont absolument pas faits pour vivre dans un appartement. Un espace réduit augmente le risque de rendre neurasthénique n’importe quel chat ou chien, qui a besoin d’un minimum d’espace où jouer, dormir, faire ses besoins, manger, voire s’isoler.

Avez-vous les moyens ?

Certes, il peut être regrettable de se poser la question mais c'et une réalité: la présence d’un animal, quel qu’il soit, engendre des frais. Entre l’achat ou l’adoption, la nourriture, le toilettage, le matériel de promenade, le dressage, mais aussi, les soins, cela peut représenter plusieurs centaines d'euros par an. Des visites régulières chez les vétérinaires sont nécessaires et peuvent parfois s’avérer plus coûteuses que prévu. Enfin, les frais de garde durant les vacances ont, eux aussi, un coût.

Réfléchissez donc bien avant de poser votre décision. Mais si vous êtes prêts, foncez car une fois adopté, l’animal, de par sa présence, vous apportera énormément !

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :