La Polaris Jaeger-Lecoultre : Brillant retour sur scène

La richesse d’une manufacture horlogère repose autant sur la valeur des hommes et des femmes qui ont construit son patrimoine que sur les modèles iconiques qui ont marqué les grandes heures de son histoire.

PAR MAGALI EYLENBOSCH. Photos : D.R. / lesrhabilleurs.com. |

Dans les archives de Jaeger-Lecoultre, aux côtés des mille et une facettes du phénomène "Reverso", un autre garde-temps hors du commun est devenu un monument de l’histoire horlogère : la fameuse montre "Mémovox", modèle révolutionnaire à son apparition en 1950, grâce à sa fonction sonnerie qui rythme la vie quotidienne.

Au cœur de la décennie suivante, cette "voix de la mémoire" va connaitre deux évolutions marquantes : en 1950, avec la fonction de réveil cumulé au remontage automatique - une première mondiale - et en 1959, avec l’apparition de la « Memovox Deap Sea » qui offre aux plongeurs une alarme qui les alerte sur le moment de penser à remonter à la surface.

Viendront par la suite, le modèle doté du choix, entre une sonnerie avec timbre en bronze et un vibreur plus discret, et dès 2007, l’ « Extrême W-Alarm », avec fonction heure universelle et affichage digital.

A la conquête des pôles

Dès les années 60, les horlogers de Jaeger-Lecoultre et leur bureau d’étude vont ressentir le besoin de faire évoluer également le concept de plongée Memovox vers de nouvelles explorations. Ce sera le développement de la « Memovox Polaris », lancée en pré-série en 1963, introduite sur le marché deux aux plus tard et renouvelée en 1968 avec un nouveau cadran. Ses atouts : sonnerie plus résonnante, boitier de 42 mm à triple fond, troisième couronne super étanche, remontage automatique ! Bref : la totale pour un plongeur.

 

Une nouvelle collection

S’inspirant de l’emblématique modèle de 1968, la manufacture de la vallée de Joux a présenté cette année une nouvelle ligne Polaris qui vient prendre place aux cotés des grands succès de la maison. La montre fait directement référence à la génération précédente, cultivant une personnalité bien à elle : un caractère sportif, mais qui reste toujours élégant.

" J’ai voulu que ce soit la montre sport-chic par excellence. Le garde-temps que l’on porte au quotidien ! ", explique Lionel Favre, qui s’est vu confié le design de ce nouveau garde-temps. "Je voulais que l’on y retrouve le confort et la simplicité d’utilisation de ce que j’appelle une " montre à vivre " car  les complications dont elle est dotée sont des complications utiles, simples et efficaces et sa fonction réveil s’avère bien pratique pour enregistrer l’heure d’un rendez-vous ! "

Comme le précise Lionel Favre, l’architecture du cadran de la nouvelles Polaris Jaeger-LeCoultre est vraiment unique : "Elle associe plusieurs fonctions sur trois cercles concentriques. Au centre, la finition ensoleillée rappelle le modèle original. Sur le pourtour, le grainage met en valeur les heures et les minutes. Enfin, la lunette inférieure tournante opte pour un traitement opalin.

Par ailleurs, nous avons voulu alterner les surfaces brossées et polies sur les cornes pour mieux souligner le caractère chic de la montre. Tout comme nous avons repensé les grandes couronnes, typiques des modèles de 1968, pour leur offrir plus de maniabilité. Enfin je voudrais particulièrement souligner le caractère intemporel du chronographe Worldtimer, avec sa lecture facile des heures du monde, et son esthétique au design très clair et très contemporain."

Montres stylées et sportives

La nouvelle collection Polaris Jaeger LeCoultre se compose d’une montre automatique à trois aiguilles, d’un chronographe et d’un chronographe Worldtimer, ainsi qu’une montre Date et d’une édition limitée à l’occasion du 50ème anniversaire de la Memovox.

Celle-ci, limitée à 1000 exemplaires, est dotée d’une fonction unique de réveil, animée par 3 couronnes : l’une pour régler le réveil, l’une pour ajuster la lunette tournante intérieure, et l’autre pour régler l’heure.

Le calibre Jaeger-LeCoultre 956 avec sonnerie à timbre en fonction ici est le descendant direct du premier mouvement de ce type sorti en 1950 et qui, fait rare, est toujours en production plus de 60 ans après sa création.

Avec l’espoir d’attirer un public plus jeune à la haute horlogerie, la Polaris Automatic s’affiche à partir de 6.700 €.