Le sac au masculin, on s’y met enfin !

Boudé par beaucoup d’hommes qui le jugent trop peu viril, il joue pourtant un rôle clé sur les catwalks. Du classique sac à dos à la banane new style, ces modèles sont à tester d’urgence.

Par Marie Honnay. Photos DR. Sauf mention contraire. |

1. Le sac à dos

Ce modèle culte, favori des baroudeurs, des graffeurs et des skateurs, ne demande pas beaucoup d’explications en termes de styling. On le porte sur une seule épaule si on le choisit dans une matière souple (une belle croûte de veau, par exemple) ou sur les deux pour les modèles plus sport. Cette saison, Marni corse sérieusement l’affaire en lançant le Soft Day Pack, une version revisitée du sac à dos classique muni d’une petite poignée permettant de le porter comme s’il s’agissait d’un sac à main.

Chez Hugo Boss, on marie sac à dos nylon et costume très smart. Variante : le kit bag vu sur le catwalk du défilé Paul Smith. À l’origine, un sac militaire resserré par deux cordes. Un modèle qu’il ne faut surtout pas trop remplir (il doit reste souple), à porter avec nonchalance sur une seule épaule pendant tout l’été.

2. La mallette

Toujours première de classe, elle limite les risques de fashion faux-pas. Contrairement à sa variante, la pochette, qui n’a d’autre ambition que de “faire genre”, elle sert à transporter ordi et autres documents de travail. Du sérieux, donc. Choisissez-la en cuir lisse, grainé, embossé ou en matière synthétique monogrammée. L’idéal est de la porter à la main sur un beau manteau en laine ou un trench, voire à l’épaule si le modèle est assez mince et muni d’une lanière ad hoc.

Variante : la pochette (format A4 ou légèrement plus petite) qui se glisse sous le bras avec ou sans document dedans. De préférence sans. Car le chic du chic consiste, justement, à adopter ce néo porte-documents comme s’il s’agissait d’un sac de ville, voire du soir. L’équivalent du clutch de fille en quelque sorte.

3. Le baise-en-ville 3.0

Un modèle qui aura du mal à s’imposer en dehors du catwalk. Son atout numéro un : son format mini et donc peu encombrant qui permet de caser les indispensables (clés, cartes & co). Vos poches vous diront merci.

Comment le porter ? Pas suspendu au poignet, cela va sans dire. On l’agrippe plutôt de manière virile (si, c’est possible) comme sur le catwalk Louis Vuitton. Variante : la banane qu’on porte non pas à la taille (tout le monde aura compris), mais bien artistiquement posée sur le torse, de biais, comme chez Givenchy. Une idée réservée aux modeux pur jus qui prendront soin de styler à mort le reste de leur look, histoire d’éviter l’effet kéké.

4. Le messenger

Un mini fourre-tout dans le sens le plus noble du terme. Moins difficile à assumer que le baise-en-ville revisité, il ne se porte plus en bandoulière, mais bien à l’épaule. Un joli sac du jour, idéal pour ceux qui refusent de se prendre la tête – ou le bras – pour si peu. Attention, lorsqu’il ressemble à un sac de dames, comme chez Gucci, c’est fait exprès. Variante : le cabas, ultra-branché cette saison.

En version verticale, il fait arty. Horizontal, il devient sportwear. Un accessoire à conseiller aux hommes d’au moins 1,80 m, qui le porteront à la main (version shopper, surtout s’il est plutôt long et rigide) ou à l’épaule pour une allure très cool. S’il est mou, portez-le plié en deux, glissé sous l’avant-bras. L’effet ton-sur-ton avec le veston est conseillé, mais pas exigé. À découvrir aussi : le cabas twisté – monopoignée – avec sa lanière qui ne sert à rien si ce n’est à pendouiller avec nonchalance, puisqu’il se porte à la main.